Bahar Kimyongür placé sur la liste des terroristes les plus recherchés par Ankara

Bahar Kimyongür placé sur la liste des terroristes les plus recherchés par Ankara© OLIVIER VIN / BELGA Source: AFP
Un homme montre une affiche contre l'extradition de Bahar Kimyongur lors d'un rassemblement à Bruxelles, en décembre 2013. Le militant avait été arrêté quelques jours plus tôt en Italie (image d'illustration).

Le militant belge Bahar Kimyongür, opposant à Erdogan, figure désormais sur la liste des «terroristes les plus recherchés» par la Turquie, qui offre une récompense de 214 000 euros pour sa capture. Il va porter plainte contre Ankara pour «menaces».

La Turquie a placé le militant belge Bahar Kimyongür, issu d'une famille turco-syrienne, sur la liste des terroristes les plus recherchés du pays. Ankara offre une récompense pouvant aller jusqu'à un million de lires (214 000 euros) pour toute information permettant de mener à sa capture.

Interrogé par Le Soir, Bahar Kimyongür a déclaré qu'il allait déposer plainte pour «menaces» contre le gouvernement turc. «Je suis inquiet pour moi-même, ma femme et mes enfants. Cette inquiétude est d’autant plus vive qu’un projet de loi dispensera bientôt de poursuites les auteurs de crimes contre des personnes recherchées», a-t-il expliqué, avant d'assurer que «le fanatisme nationaliste [turc]» pouvait également frapper en Belgique.

Bahar Kimyongür est dans le viseur des autorités turques pour avoir traduit en 2004 un communiqué du DHKP-C, mouvement marxiste-léniniste turc classé sur la liste des organisations terroristes par Ankara et par le Conseil de l'Union européenne. Condamné en premier instance en 2006 en Belgique, il avait finalement été acquitté en appel en vertu de son droit à la liberté d'expression.

En 2006, Ankara a lancé un mandat d'arrêt international à son encontre pour avoir interpellé six ans plus tôt le ministre turc des Affaires étrangères, alors en audition au Parlement européen, sur une grève de la faim dans les prisons turques qui avait fait 119 morts. Arrêté à cause de ce mandat à trois reprises, aux Pays-Bas, en Italie puis en Espagne, il sera à chaque fois acquitté par les justices respectives de ces pays. Le 22 août 2014, Interpol décidait finalement de radier définitivement de son fichier le ressortissant belge.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.