Daesh vaincu, que font encore les Américains en Syrie ? Sergueï Lavrov a une hypothèse

Daesh vaincu, que font encore les Américains en Syrie ? Sergueï Lavrov a une hypothèse© Alexander NEMENOV Source: AFP
Le ministre russe des Affaires Etrangères, Sergueï Lavrov

L'objectif de destruction de l'EI, avancé par Washington pour justifier sa présence en Syrie, ayant été atteint, le ministre russe des Affaires étrangères se demande ce que fait encore sur le sol syrien l'armée américaine. Et propose une réponse.

«Il est très probable que les Américains désirent diviser la Syrie», a déclaré sans ambages le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 7 février, lors d’une conférence à Sotchi, en Russie. «Ils ont tout simplement renoncé à leurs déclarations selon lesquelles leur présence en Syrie […] était destinée à vaincre l’Etat islamique et les terroristes. Maintenant, ils affirment qu'ils y maintiendront leur présence, jusqu'à ce qu'ils s'assurent qu'un processus stable de règlement politique en Syrie commence, en vue d'un changement de régime politique», a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, Sergueï Lavrov a averti que le financement américain des groupes rebelles armés de l’Armée syrienne libre (ASL) et des forces démocratiques syriennes (FDS, coalition incluant des combattants des YPG kurdes) pouvait avoir «des conséquences très dangereuses».

Ces propos font écho à ceux que le chef de la diplomatie russe avait tenus, le 19 janvier dernier, lors d'un point presse au siège des Nations unies à New York, au sujet de la crise d'Afrin. Sergueï Lavrov avait alors déploré l'implication de Washington «dans la création d'entités gouvernementales alternatives sur de vastes pans du territoire syrien». «A présent [que Daesh est défait, les Etats-Unis] ont d'autres projets à long terme», avait-il déclaré.

Les Etats-Unis comptent près de 2 000 soldats actuellement stationnés en Syrie – une présence militaire qui devrait être prolongée, selon le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. «Il est crucial, pour notre intérêt national, de maintenir une présence militaire et diplomatique en Syrie», avait-il déclaré mi-janvier. Il est à noter que Damas n'a jamais accordé son autorisation au déploiement de ces militaires américains, sur son propre territoire.

Lire aussi : «Allez, partez !» : Erdogan monte encore d'un ton et exige le départ des Etats-Unis du Nord syrien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»