Mamy ou momie ? La surprenante ancêtre française de Boris Johnson (VIDEO)

Mamy ou momie ? La surprenante ancêtre française de Boris Johnson (VIDEO)© Toby Melville Source: Reuters
Le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, quittant le 10 Downing Street à Londres.

La Française Catharina Bischoff, née au XVIIIe siècle à Strasbourg, est l'arrière-grand-mère au sixième degré du ministre britannique des affaires étrangères Boris Johnson, selon des analyses ADN qui ont récemment abouti.

Une mystérieuse momie, trouvée dans le caveau du directeur de l'hôpital de Bâle dans une église il y a 43 ans, n’avait jamais livré ses secrets. Or, à la suite d'analyses ADN d’un fragment de son orteil, chercheurs et historiens ont pu l’identifier comme une ancêtre du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, dont elle est l’arrière-grand-mère au sixième degré.

Catharina Bischoff est née en 1719 à Strasbourg, ville annexée au royaume de France de Louis XIV en 1681. Elle est morte de la syphilis en 1787 mais n’a été découverte qu’en 1975 lors de la rénovation d’une église dans la ville suisse de Bâle. De minutieuses recherches généalogiques menées pendant deux ans et des analyses d’ADN viennent de permettre de comparer son code génétique à ceux de descendants de la lignée des Bischoff. Une des deux filles de Catharina Bishoff s'est mariée avec Pfeffel von Kriegelstein, un baron figurant dans l'arbre généalogique du chef de la diplomatie britannique.

Boris Johnson a commenté sur Twitter la découverte de cette ancêtre française, une de ses 512 arrières grands-mères au 6e degré. Il s'est déclaré fier qu'elle soit pionnière dans les soins de santé car elle fut traitée au mercure pour sa syphilis.

Le père du ministre, Stanley Jonhson, s'est déclaré très ému.

Lire aussi : «Papy était-il un nazi ?» : des historiens belges publient un guide pour le savoir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter