«On a merdé» : l'hémicycle clairsemé de l'Assemblée nationale pour commémorer le Traité de l'Elysée

«On a merdé» : l'hémicycle clairsemé de l'Assemblée nationale pour commémorer le Traité de l'Elysée
Le président du Bundestag Wolfgang Schäuble s'exprime devant un hémicycle clairsemé à Paris le 22 janvier 2018, photo ©Eric FEFERBERG / AFP
Suivez RT France surTelegram

Afin de célébrer le traité fondateur signé en 1963 par Adenauer et De Gaulle, le Bundestag a mis les petits plats dans les grands le 22 janvier. Mais à Paris, il semble que la consigne ne soit pas passée auprès des députés... ni des ministres.

Comme le notent Les Echos, le contraste était saisissant. D'un côté un Bundestag réuni au grand complet le 22 janvier dernier pour célébrer les 55 ans du traité de l'Elysée, signé par le général de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer. De l'autre, une Assemblée nationale des plus clairsemée.

Autre couac : François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, avait été reçu au Bundestag avec une standing ovation de la part des députés allemands, alors que le président du Bundestag Wolfgang Schäuble, qui avait pris la peine de s'exprimer en français, n'avait guère d'auditeurs.

On a merdé

Les députés de La République en marche (LREM), forte d'une écrasante majorité au Palais Bourbon, n'ont-ils reçu aucune consigne ? «On a merdé collectivement», a reconnu en privé un député de la majorité, cité sous couvert d'anonymat par l'AFP. On notera également que le photographe de l'agence de presse a vraisemblablement été déstabilisé par l'absentéisme : les photos disponibles sont toutes cadrées de façon plutôt serrée.

D'après le compte des Echos, 150 députés français, soit le quart de la composition du Palais Bourbon avait daigné se déplacer pour une célébration dont l'objectif était de relancer le projet européen.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, n'était pas présent non plus, retenu par des autonomistes corses. Quant à la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, elle est arrivée en retard.

Lire aussi : «Probablement oui... dans un contexte similaire», à la BBC Macron estime que le Frexit est possible

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix