Contestation sociale : la Tunisie ébranlée par une vague de violence

Depuis le 8 janvier, la Tunisie est confrontée à une vague de contestation qui s’est emparée de plusieurs villes du pays, en raison de la hausse des prix. De violents heurts ont éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre.

A l’instar de la capitale Tunis, plusieurs villes tunisiennes ont vécu de nouvelles scènes de violences dans la nuit du 9 au 10 janvier 2018. Face à ces débordements, le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, a appelé au calme tout en accusant les «vandales qui ne servent pas la Tunisie». Selon le ministère tunisien de l’Intérieur, plus de 600 personnes ont été arrêtées depuis le 8 janvier, date du début de la contestation contre les mesures d’austérité décidées par les autorités tunisiennes et la hausse des prix. On dénombre par ailleurs, la mort d’une personne dans la ville de Tebourba (nord du pays).

Lire aussi : 200 arrestations après une nouvelle nuit d’émeutes contre la vie chère en Tunisie (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»