Las des journalistes, le Premier ministre thaïlandais se fait remplacer par un double en carton

Auteur: Guardian News

Déjà bien connu pour ses facéties douces-amères, le général Prayat Chan-o-cha a commis un nouveau coup d'éclat : après sa conférence de presse, ne souhaitant pas discuter avec les journalistes, il leur a proposé d'interroger son double en carton.

Amateur de plaisanteries, le Premier ministre thaïlandais n'a pas souhaité aux questions des journalistes le 9 janvier. En lieu et place de sa personne, c'est donc un double en carton que les reporters ont été contraints d'interviewer. «Si vous avez des questions politiques, demandez à cet homme !», a ainsi déclaré Prayat Chan-o-cha après avoir livré sa conférence de presse, faisant apporter une maquette grandeur nature de lui-même.

Il a ensuite salué l'assistance nonchalamment en se retirant. Les journalistes se sont alors retrouvés avec la doublure cartonnée du général, l'occasion de prendre quelques selfies pour ces reporters qui, en temps normal, évitent les remous.

Depuis son arrivée au pouvoir après un coup d'État militaire en 2014, Prayut Chan-o-cha multiplie les plaisanteries et rappelle fréquemment à l'ordre les journalistes, dans un pays où le droit de manifester est suspendu et la liberté d'expression très limitée.

Une question trop gênante ? Les menaces d'exécution en guise de réponse

En 2015, il avait menacé d'exécuter les journalistes trop critiques à l'égard du régime, un an après avoir lancé une banane à la tête d'un cameraman.  

Selon la BBC, le gouvernement thaïlandais a promis d'organiser des élections législatives en novembre 2017, mais cette promesse n'a jamais été tenue. Des questions à ce sujet auraient pu être posées au Premier ministre, mais la doublure en carton est restée silencieuse à cet égard.

Lire aussi : Thaïlande : grandioses funérailles du roi, plus de 200 000 personnes dans les rues

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.