Europol reconnaît l'inefficacité de son centre opérationnel sicilien pour lutter contre les passeurs

Des migrants arrivés en Italie grâce à l'aide de passeurs libyens© Alessandro BianchiSource: Reuters
Des migrants arrivés en Italie grâce à l'aide de passeurs libyens

Alors que les «28» ont fini par tomber d'accord -et encore pas tous !- pour dispatcher 40 000 demandeurs d'asile aux quatre coins de l'Union, Europol, la police européenne du Renseignement, admet ses difficultés à contrer les actions des passeurs.

Interrogé par le journal britannique The Guardian sur la présence à quelques encablures des locaux d'Europol à Catane (Sicile) d'un vieux parking désaffecté servant de QG aux passeurs Erythréens, Wil van Gemert, directeur adjoint de la police européenne répond: «Je suis à un niveau, où je ne connais pas tous les détails techniques opérationnels...mais il est vrai parfois que les journalistes en savent plus long que la police. Mais cette information sera portée à la connaissance des autorités italiennes».

Une réponse empreinte de gêne, qui illustre bien les difficultés que rencontrent les Européens pour lutter contre les passeurs. Le centre de Catane, en Sicile, a été créé en juin par les «28», et représente le pendant «répressif» du plan d'accueil migratoire d'urgence, proposé par la Commission européenne. Mais ce nouvel organe européen qui regroupe les forces d'Europol (les Renseignements européens) et de Frontex (la police européenne aux frontières) serait bien loin d'atteindre les objectifs fixés par Bruxelles.

«[Les informations recueillies en Sicile] ne sont certainement pas suffisantes pour bien comprendre qui sont les passeurs et comment ils opèrent depuis la Libye» a ainsi admis le directeur adjoint d'Europol, qui poursuit: «Vous connaissez la situation en Libye. C'est difficile pour nous mais aussi pour le gouvernement libyen...Lorsque nous leur posons des questions...eh bien c'est très presque impossible d'avoir une réponse».

De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement européens avaient pourtant beaucoup misé sur le centre de Catane, notamment pour faire accepter à leurs populations la politique d'accueil par quotas des demandeurs d'asile échoués en Grèce et en Italie. C'est le cas de David Cameron. Ce dernier, qui avait dépêché six officiers du Renseignement en Sicile fin juin avait ainsi déclaré: «La première étape qui peut permettre de perturber ces gangs de passeurs consiste à collecter des informations sur eux».

Au moins 150 000 migrants seraient parvenus à atteindre les côtes européennes depuis le début de cette année, causant une crise migratoire sans précédent sur le vieux continent. Lundi 20 juillet, les ministres européens de l'Intérieur seraient tombés d'accord sur un plan de relocalisation d'urgence de près de 40 000 d'entre eux. Certains pays ont tout simplement refusé de participer à cet effort collectif. 

En savoir plus: L’UE réinstalle 40 000 réfugiés un peu partout en Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales