Les antinucléaires de l'ICAN ont reçu le prix Nobel de la paix à Oslo

- Avec AFP

Les antinucléaires de l'ICAN ont reçu le prix Nobel de la paix à Oslo © Odd ANDERSEN Source: AFP
Berit Reiss-Andersen (à gauche) remet le prix Nobel de la paix à Beatrice Fihn (à droite), leader d'ICAN, en présence d'une survivante d'Hiroshima Setsuko Thurlow (au centre)

En présence de survivants des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires a reçu le prix Nobel de la paix à Oslo, tout en tirant la sonnette d'alarme sur la menace nucléaire actuelle.

«Sera-ce la fin des armes nucléaires ou notre fin à nous ?», a lancé Beatrice Fihn, directrice de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN), en recevant à Oslo le prix Nobel de la paix le 10 décembre.

L'ICAN a reçu le Nobel en présence de survivants des bombardements de Hiroshima et Nagasaki, qui avaient fait environ 220 000 morts il y a 72 ans, alors même que la planète est aujourd'hui confrontée à un nouveau péril nucléaire.

La Corée du Nord a ces derniers mois multiplié les tirs de missiles et les essais nucléaires, tout en échangeant des menaces belliqueuses avec Donald Trump, lequel a ordonné des manœuvres militaires dans la région.

«La manière rationnelle de procéder est de cesser de vivre dans des conditions où notre destruction mutuelle ne tient qu'à un coup de sang», a souligné Beatrice Fihn, en appelant à débarrasser la planète des armes atomiques.

«Leur existence incite les autres à se joindre à la course nucléaire. Elles ne nous protègent pas, elles poussent au conflit», a-t-elle affirmé.  

Coalition regroupant près de 500 ONG dans une centaine de pays, l'ICAN a œuvré en faveur d'un traité d'interdiction de l'arme atomique, adopté en juillet par 122 Etats. Historique, ce texte est affaibli par l'absence des neuf puissances nucléaires parmi les signataires.

«Le message principal de l'ICAN est que le monde ne pourra jamais être sûr aussi longtemps que nous avons des armes nucléaires», a souligné la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, dans son discours de remise du Nobel. 

Le monde ne peut jamais être sûr aussi longtemps que nous avons des armes nucléaires

«Ce message résonne auprès de millions de personnes qui ont le sentiment que la menace d'une guerre nucléaire est la plus élevée depuis longtemps, surtout à cause de la situation en Corée du Nord», a-t-elle ajouté.

Dans un signe de défiance apparent, les puissances nucléaires occidentales (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne) ont, contrairement à l'usage, décidé de ne pas envoyer leur ambassadeur à la cérémonie mais des diplomates de second rang.

Pour elles, l'arme atomique est un outil dissuasif qui permet d'éviter les conflits et dont il n'est pas question de se défaire tant que d'autres pays cherchent à s'en doter. 

Mais Berit Reiss-Andersen a fait valoir les risques liés à d'éventuels «dirigeants irresponsables», à «des erreurs techniques ou humaines», à des sabotages «par des hackers au nom d'Etats hostiles, de terroristes ou d'extrémistes».

«Les armes nucléaires sont si dangereuses que la seule mesure responsable est d’œuvrer à leur démantèlement et leur destruction», a-t-elle conseillé.    

Une cérémonie marquée par le témoignage d'une survivante d'Hiroshima

Rescapée d'Hiroshima, Setsuko Thurlow a reçu le Nobel au nom d'ICAN conjointement avec Beatrice Fihn.

Devant le roi de Norvège, elle a relaté les horreurs glaçantes qu'elle a vécues après le premier bombardement atomique de l'Histoire le 6 août 1945, alors qu'elle n'avait que 13 ans.

Elle a raconté les morts omniprésents, les faibles appels à l'aide des mourants, les survivants formant «une procession de fantômes», les membres en lambeaux, les yeux énucléés ou encore les intestins sortant des estomacs béants.  

«C'était l'enfer sur Terre», a confié cette femme de 85 ans lors d'un entretien avec l'AFP.

Bien que la quantité d'ogives nucléaires sur la planète ait fondu depuis la fin de la guerre froide, leur nombre reste estimé à 15 000 et de plus en plus de pays en détiennent.

«Neuf nations menacent encore d'incinérer des villes entières, de détruire la vie sur Terre, de rendre notre beau monde inhabitable pour les futures générations», a déploré Setsuko Thurlow.

«Les armes nucléaires ne sont pas un mal nécessaire, elles sont le mal ultime», a-t-elle lancé.

Lire aussi : France : des militants de Greenpeace pénètrent dans la centrale nucléaire de Cruas-Meysse

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter