«Les vrais terroristes sont les banquiers» pour Occupy, qualifié ainsi par la police de Londres

Une protestataire d’«Occupy London» en 2012 Source: Reuters
Une protestataire d’«Occupy London» en 2012

Les activistes du mouvement pacifique anticapitaliste Occupy London ont critiqué la police pour l’avoir associé à Al-Qaïda et à l’Armée républicaine irlandaise (IRA) en les qualifiant de façon indifférenciée d’«extrémistes».

«Ce genre d’étiquetage de manifestants montre que le mouvement Occupy et les principes anarchistes d’entraide et d’absence de hiérarchie ont effrayé l’establishment capitaliste que la police est censée protéger», a dit à RT Janie Mac, une activiste du mouvement, employée dans la construction.

«Qu'on ne s'y trompe pas : les vrais terroristes qui menacent le Royaume-Uni ne sont pas ceux qui vivent dans des tentes, mais ceux qui sont à la tête des corporations et du monde de la finance et jouissent de fortunes personnelles inimaginables au détriment d’un futur effrayant pour l’humanité», a ajouté la militante.

Selon Matthew Varnham, le directeur de l’organisation de protection des droits de l’homme Legal Observers, le coût élevé des opérations policières lors des manifestations montre que les autorités continuent de voir une menace dans une «contestation légitime». D’après les chiffres cités par Varnham, la police londonienne a, en effet, dépensé quelque 1,9 millions de livres (2,7 millions d’euros) pour déployer les forces de police lors des manifestations aux abords du Parlement, d’octobre à février 2015.

L’exposé controversé dans lequel Occupy London a été qualifié de mouvement extrémiste a été présenté au personnel d’une école maternelle et d’une école primaire, dans le cadre de l’initiative Project Fawn, destinée à préparer les écoles de Londres à une possible attaque terroriste. Dans le diaporama qui l’illustrait, obtenu par The Guardian, Occupy London figure sur la liste des groupes extrémistes intérieurs «de gauche», aux côtés du groupe Stop Huntingdon Animal Cruelty, qui lutte contre le traitement cruel des animaux, de mouvements de contestation relatifs au changement climatique et des manifestations étudiantes.

Sur une diapositive intitulée «L’histoire du terrorisme et les problèmes intérieurs de la ville», la photo des manifestations d’Occupy London est présentée en regard d’images des attentats de Londres en 2005 et d’un bâtiment éventré par une bombe de l'IRA en 1996.

Capture d'écran réalisée sur le site du Guardian
Capture d'écran réalisée sur le site du Guardian

Après la révélation de ce document par la presse, la police de Londres a adressé ses excuses à un membre d’Occupy London. Dans un e-mail transmis à RT par Matthew Varnham, un officier de la police haut placé déclare que suggérer que ce mouvement était terroriste était «une erreur».

«Je répète que nous n’avons jamais eu l’intention de suggérer que le mouvement Occupy est perçu comme extrémiste ou terroriste par nature», a écrit l’officier d'état-major Darren Pulman.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales