Macron agacé par un problème de traduction avec le Premier ministre du Kurdistan irakien (VIDEO)

Macron agacé par un problème de traduction avec le Premier ministre du Kurdistan irakien (VIDEO)© Etienne LAURENT Source: AFP
Emmanuel Macron, indisposé par les faiblesses techniques lors de la rencontre avec le Premier ministre du Kurdistan irakien, Nerchivan Barzani

Le 2 décembre, Emmanuel Macron a été passablement irrité par les moyens techniques déployés lors de sa rencontre avec le Premier ministre du Kurdistan irakien. Un défaut de traduction empêchait Nechirvan Barzani d'entendre le discours du président.

Lors de la conférence de presse commune du 2 décembre d'Emmanuel Macron et Nechirvan Barzani, Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan irakien, le président français s'est montré passablement contrarié par des incidents techniques. En cause : un problème de traduction.

Après une minute et 30 secondes de discours, Emmanuel Macron s'est arrêté, voyant les difficultés pour Nechirvan Barzani de saisir ses propos : «Je pense qu'il est souhaitable pour ce que j'ai à dire ensuite que le Premier ministre ait une traduction.» Interrogeant ensuite la salle pour savoir si les observateurs et journalistes étrangers avaient compris le début de son discours en français, Emmanuel Macron a manifesté un certain agacement : «Vous aviez des traductions qui fonctionnaient, les uns les autres ? Je vais donc tout reprendre puisque personne n'a rien compris.»

Pardonnez-moi, je pense qu'il y a beaucoup de personnes dans la salle qui sont journalistes et qui ne comprennent pas davantage le français. Donc il faut qu'il y ait une traduction

Suivent quelques secondes de flottement, puis un traducteur kurde se presse vers Nechirvan Barzani pour retranscrire les paroles du président français. Sauf que ce traducteur n'a aucun micro et la presse étrangère se trouve toujours dans la difficulté pour comprendre les propos d'Emmanuel Macron... Ce dernier manifeste alors son énervement vis-à-vis des services de traduction : «Pardonnez-moi, je pense qu'il y a beaucoup de personnes dans la salle qui sont journalistes et qui ne comprennent pas davantage le français. Donc il faut qu'il y ait une traduction...» En organisateur de dernière minute, Emmanuel Macron donne les consignes au personnel, en tapant de la main sur le pupitre, exaspéré : «Ecoutez, il me semble qu'on peut organiser [cette rencontre] avec un système de traduction qui fonctionne. Est-ce que quelqu'un peut s'en occuper ?» 

Après quatre minutes d'attente, la conférence a pu de nouveau recommencer.

Cette contrariété d'Emmanuel Macron est finalement légitime : cet ennui d'ordre technique ne fait pas honneur à cette rencontre censée revêtir une certaine importance politique – la France fait en effet un pas vers le Kurdistan irakien, qui revendique son indépendance. Or, cet incident pourrait laisser supposer une faiblesse dans la préparation française.

Pour rappel, Paris n'a pas reconnu l'indépendance du Kurdistan (de même que les autorités irakiennes). Lors d'une conférence de presse, le 19 septembre, Emmanuel Macron avait affirmé que la déclaration d'indépendance d’un Etat kurde était susceptible de déstabiliser la région. Le président français prônait alors une résolution des différends entre Erbil (capitale de la région autonome du Kurdistan) et Bagdad, dans le cadre de la constitution irakienne.

Le 30 octobre, le chef de l'Etat français avait également appelé le gouvernement régional du Kurdistan et les autorités fédérales irakiennes «à s’abstenir de toute opération militaire et à poursuivre sur le chemin du dialogue, avec le soutien des Nations unies, afin de parvenir à une paix durable dans un Irak uni». Bagdad a de son côté lancé mi-octobre une opération de reconquête de la région pétrolifère de Kirkouk, que les Kurdes contrôlaient depuis 2014. 

Lire aussi : Conférence de presse d'Emmanuel Macron et du Premier ministre du Kurdistan irakien Nechirvan Barzani

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.