Dopage : cinq sportifs russes sanctionnés par le CIO, dont deux champions olympiques

- Avec AFP

Dopage : cinq sportifs russes sanctionnés par le CIO, dont deux champions olympiques© Vladimir Souleïev Source: Sputnik
Les membres de l'équipe russe du biathlon médaillées d'argent pendant les jeux olympiques de Sotchi

Le Comité international olympique (CIO) a sanctionné cinq nouveaux athlètes russes, dont deux champions olympiques de bobsleigh à Sotchi en 2014, sur la base des conclusions du controversé rapport de Richard McLaren.

Médaillés d’or aux jeux olympiques de Sotchi en 2014 en bobsleigh à quatre, Alexeï Negodaïlo et Dmitri Trounenkov ont été disqualifiés et ont vu leurs résultats être annulés par le CIO le 27 novembre, comme l'avaient déjà été trois jours avant ceux de leur collègue, le sportif vedette Alexandre Zoubkov.

Le CIO a également disqualifié le skeletoneur Sergeï Tchoudinov, ainsi que les biathlètes Iana Romanova et Olga Viloukhina, médaillées d'argent. Les deux femmes avaient déjà annoncé leur retrait des compétitions à venir.

Le CIO avait déjà sévi la semaine dernière en sanctionnant des fondeurs, dont Alexandre Legkov (champion olympique du 50 kilomètres à Sotchi en 2014) ainsi que d'autres champions olympiques et médaillés en skeleton. La Fédération internationale de bobsleigh et skeleton (IBSF) a simultanément annoncé que ces autres sportifs étaient provisoirement suspendus et ne pourraient participer à la Coupe du monde.

Ces nouvelles sanctions interviennent à huit jours d'une réunion cruciale de la Commission exécutive du CIO, qui doit se prononcer le 5 décembre sur la participation de la Russie aux prochains jeux olympiques d'hiver, à Pyeongchang, en Corée du Sud.

La Russie, qui avait terminé en tête du tableau ces jeux, a perdu au total onze médailles, dont quatre en or. Elle a donc été officiellement dépassée par la Norvège (11 titres).

Au total, le CIO a sanctionné 19 sportifs russes dans le cadre de ces auditions de la commission Oswald, mise en place par l'instance olympique après la révélation d'un dopage d'Etat dans le sport russe par le rapport McLaren, publié en juillet 2016.

Moscou dénonce régulièrement les contradictions et les lacunes de ce document. Une enquête est en cours au Comité d’enquête russe pour établir clairement les circonstances de la manipulation des échantillons des sportifs russes au sein du laboratoire à Moscou. La justice russe pointe du doigt la direction de l'Agence russe anti-dopage (Rusada) comme organisateurs présumés du dopage de certains sportifs, y compris l'ex-directeur du laboratoire de Moscou Grigori Rodtchenkov.

La décision «Legkov» publiée

Six fondeurs russes ont été d’ailleurs bannis à vie par le CIO, dont Alexandre Legkov (champion olympique du 50 kilomètres à Sotchi-2014), Alexeï Petoukhov (champion du monde en 2013) et Maxime Vylegjanin (triple médaillé d'argent olympique en 2014 et champion du monde en 2015).

La Fédération internationale de ski (FIS) avait indiqué le 23 novembre que ces six fondeurs étaient autorisés à s'aligner provisoirement en Coupe du monde, ce qui avait déclenché de vives réactions d'une partie de leurs concurrents.

Le 27 novembre, le CIO est allé plus loin en publiant les motivations de la décision de la Commission Oswald, concernant la suspension de Legkov.

«La participation de l'athlète dans le programme de dopage est établie», a jugé la Commission dans ses attendus, expliquant sa conclusion par le fait que son nom figurait dans la liste des athlètes évoqués par Grigori Rodtchenkov, directeur du laboratoire antidopage de Moscou en poste au moment des premières accusations de la part de l’AMA qui réclamait sa démission. Le document de la CIO explique aussi que Rodtchevkov se dit «se rappeler précisément» d’avoir manipulé l’échantillon d’urine de Legkov en prévision de sa compétition à Sotchi.

Le skieur, de son côté, nie les accusations et se prépare à déposer un recours devant le Tribunal arbitral du sport. Répondant à des accusations de l’ex-directeur du laboratoire russe qui affirmait que le sportif se dopait avec un «cocktail» créé par Rodtchenkov, Alexandre  Legkov a déjà souligné qu’il avait passé 19 tests en Europe pendant la période de temps évoquée par le rapport.

Lire auss : L'Agence russe antidopage à nouveau autorisée à mener des contrôles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.