«Pocahontas» : la petite blague de Donald Trump dénoncée comme un «affront raciste» par l'opposition

«Pocahontas» : la petite blague de Donald Trump dénoncée comme un «affront raciste» par l'opposition© Kevin Lamarque Source: Reuters
Ambiance décontractée à la Maison Blanche, Donald Trump en compagnie d'un vétéran amérindien

Lors d'une cérémonie d'hommage aux vétérans de guerre amérindiens à la Maison Blanche le 27 novembre, Donald Trump n'a pu s'empêcher de glisser une allusion maladroite à Pocahontas. La pique dirigée contre une sénatrice démocrate passe mal.

Jamais avare de petites blagues polémiques, Donald Trump n'a pas pu s'empêcher d'en glisser une le 27 novembre lors d'une cérémonie à la Maison Blanche, où il recevait des anciens combattants amérindiens enrôlés par l'armée en tant que décodeurs traducteurs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Louant le rôle de ces vétérans, il a soudain déclaré : «Vous étiez ici longtemps avant nous. Même si nous avons une représentante au Congrès qui est, dit-on, là-bas depuis longtemps. On l'appelle Pocahontas.»

La digression a été accueillie par un silence gêné et a aussitôt suscité une controverse dans les médias américains. La représentante au Congrès concernée, Elizabeth Warren, est une opposante politique de Donald Trump et il la prend régulièrement pour cible dans ses piques.

Un «affront raciste» pour la sénatrice

Interrogée par la chaîne de télévision MSNBC à propos de cette séquence maladroite, elle a déploré que le président américain ne puisse «même pas aller jusqu'au bout [de cette cérémonie] sans glisser un affront raciste».

Donald Trump est coutumier des attaques contre cette sénatrice démocrate, qu'il surnomme «Pocahontas» en référence aux origines amérindiennes qu'elle revendique et dont il conteste l'authenticité.

Sarah Sanders, porte-parole du président américain, a défendu l'usage de ce surnom, jugeant «ridicules» ces accusations et réfutant le caractère raciste de ses propos. «Je pense que ce que la plupart des gens jugent offensant est le fait que la sénatrice Warren mente sur ses origines pour promouvoir sa carrière», a-t-elle lancé.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'armée américaine eut recours à des centaines d'Amérindiens de différentes tribus, dont le dialecte ancestral servit de codes de communication indéchiffrables par l'ennemi. A l'époque, la prononciation et le vocabulaire des langues amérindiennes restaient en effet un mystère pour les Allemands et les Japonais.

Fin 2013, la Médaille d'or du Congrès américain avait été décernée à quelque 250 Indiens de 33 tribus, la plupart à titre posthume, pour leur rôle durant ce conflit.

Lire aussi : Quand le Pentagone appelle Donald Trump à quitter son poste… par accident

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.