Jouer au tennis dans une église du XVIe siècle ? «Tout le monde devrait essayer» (VIDEO)

Jouer au tennis dans une église du XVIe siècle ? «Tout le monde devrait essayer»  (VIDEO)
CONVERSO, Facebook

Jusqu'au 16 décembre, l'artiste américain Asad Raza invite les spectateurs à participer à son œuvre : un terrain de tennis installé dans une église milanaise du XVIe siècle. Au-delà de la provocation apparente, l'oeuvre propose en fait un dialogue.

L'artiste américain Asad Raza n'a visiblement pas peur de choquer son public italien et lui propose un drôle de jeu : un terrain de tennis installé dans une église du XVIe siècle. Si la sainte bâtisse, sise à Milan, a été désacralisée au XIXe siècle pour devenir tour à tour, un studio d'enregistrement, puis une agence d'architecture, le propos n'en est pas moins provocateur.

Jusqu'au 16 décembre, les visiteurs de l'exposition sont ainsi conviés à venir taper la balle sous les yeux des fresques, des peintures et des sculptures de maîtres italiens réunies dans l'église San Paolo Converso. Des filets sont installés pour éviter tout dommage collatéral, même si le recul du terrain reste modeste. L'installation se nomme «Untitled (plot for dialogue)», soit «Sans titre (scénario pour un dialogue)».

Un panneau affiché dans l'enceinte de l'église précise : «Pour l'artiste Asad Raza, le jeu fait office de méthode pour absorber les énergies et les convertir en pratiques inoffensives.»

Les curieux qui se sont livrés à l'exercice sont visiblement repartis ravis, tel que ce visiteur été interrogé par l'agence Ruptly de RT : «C'est... Vraiment dingue de faire quelque chose d'aussi quelconque dans un endroit qui devrait inspirer la solennité. Mais c'est cool, je me suis bien amusé et je crois que tout le monde devrait essayer de jouer au tennis dans une église.»

Auteur: RT

Lire aussi : «Satanisme» ? Des catholiques belges furieux contre une vache crucifiée dans une église (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.