Trophées d'éléphants : Brigitte Bardot attaque Donald Trump, «inapte à gouverner» selon elle

Trophées d'éléphants : Brigitte Bardot attaque Donald Trump, «inapte à gouverner» selon elle© FABRICE COFFRINI Source: AFP
A travers une lettre, Brigitte Bardot a de nouveau attaqué le président américain Donald Trump

Dans une lettre adressée à Donald Trump, Brigitte Bardot dénonce la décision de Washington de réautoriser l'importation de trophées d'éléphants. Elle tance même le président américain : «Vous êtes inapte à gouverner», lui a-t-elle lancé.

«Vous êtes inapte à gouverner.» L'accusation, signée Brigitte Bardot, vise Donald Trump. Dans une lettre envoyée directement au président américain, ce 17 novembre, la militante de la cause animale a dénoncé la décision de Washington de réautoriser l'importation de trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie.  

«Aucun despote dans le monde ne peut prendre la responsabilité de tuer des espèces aussi vieilles et qui font partie de l'héritage mondial de l'humanité», a écrit l'ancienne actrice française, au lendemain d'une annonce controversée de l'agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche. 

Le lobby pro-armes derrière cette décision très critiquée

Le U.S. Fish & Wildlife Service (USFWS) a en effet fait savoir le 16 novembre qu'il allait «émettre des permis autorisant l'importation des trophées d'éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu'au 31 décembre 2018», suscitant de nombreuses critiques de la part d'associations de défense des animaux. 

Cette mesure prolonge une annonce faite cette semaine lors d'un forum sud-africain pro-chasse, le Safari Club International Foundation, qui a bataillé dur au côté du lobby américain des armes, la NRA, pour obtenir cette victoire.

«L'éléphant est un animal unique, magique, sacré, révéré et protégé. Vos actions honteuses confirment les rumeurs selon lesquelles vous êtes inapte à gouverner», a rédigé la star de 83 ans, dénonçant «un acte meurtrier».

Les autorités américaines ont ainsi renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama, d'importer notamment les très recherchées défenses d'ivoire de cet animal menacé et dont la population en Afrique décroit rapidement.

Selon l'organisation Great Elephant Census, la population de pachydermes a chuté de 30% entre 2007 et 2014 en Afrique, avec une baisse de 6% pour le Zimbabwe.

En avril, la présidente et fondatrice de la fondation Bardot avait déjà dénoncé une loi promulguée par Donald Trump qui autorisait la chasse dans des réserves protégées en Alaska.

Elle avait interpellé sur son compte Twitter le président américain et lui avait demandé de revenir sur «cette décision absurde qui est un crime de l'humanité contre la nature».

«Une fois encore vous affichez votre mépris face à l’indispensable nécessité de préserver la nature, de défendre la biodiversité», avait-elle également reproché. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.