Bruxelles : violents affrontements en plein centre-ville entre la police et des centaines de jeunes

Bruxelles : violents affrontements en plein centre-ville entre la police et des centaines de jeunes
Capture d'écran Twitter @FrederikFaillie

La police de Bruxelles a été confrontée à des jets de projectiles lors d'une quasi-émeute impliquant des centaines d'individus. Dépassées, les forces de l'ordre locales ont demandé l'aide de la police fédérale. 31 personnes ont été interpellées.

Plusieurs incidents ont éclaté dans le quartier de la Bourse, en plein centre de Bruxelles, ce 15 novembre dans le courant de l'après-midi.




Le site d'information belge Sudinfo.fr rapporte que des centaines de jeunes ont attaqué les forces de l'ordre, notamment avec des projectiles, obligeant celles-ci à se replier. La police bruxelloises, dépassée par le nombre d'assaillants et la gravité de la situation, a demandé l'aide de la police fédérale belge, selon le même média.

D'après Sudinfo.fr, qui cite la municipalité de Bruxelles, la quasi-émeute serait liée à l'appel à un rassemblement lancé par un YouTubeur français, «star des réseaux sociaux», connu sous le pseudonyme «Vargasss 92». D'après le porte-parole de la police de Bruxelles, un banal contrôle d'identité, place de la Monnaie (devant la Bourse de Bruxelles), serait à l'origine des affrontements.

Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, a confirmé l'envoi de renforts policiers, dénonçant une violence «inadmissible et incompréhensible» dans le centre de Bruxelles.

En fin d'après-midi, Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles, a fait savoir que 31 personnes avaient été interpellées, parmi lesquelles «Vargasss 92», selon La Libre Belgique

En outre, la ville de Bruxelles a fait savoir qu'elle comptait déposer une plainte avec constitution de partie civile contre «Vargasss 92».

Le 11 novembre 2017, toujours à Bruxelles, la qualification du Maroc pour le Mondial 2018 avait provoqué des violentes échauffourées. La police anti-émeute avait dû recourir aux canons à eau pour disperser la foule. 

Lire aussi : «On a été agressé par des bandes de sauvages», un pompier belge s'indigne des émeutes à Bruxelles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.