Des millions de vies menacées par la famine : manifestations au Yémen contre le blocus saoudien

Des millions de vies menacées par la famine : manifestations au Yémen contre le blocus saoudien© Mohammed Huwais Source: AFP
Yéménites manifestant pour exiger la fin du blocus dans la ville de Sanaa, le 13 novembre 2017.

Après l'interception d’un missile venu du Yémen le 4 novembre, l’Arabie Saoudite a décrété un blocus du pays. Contre la menace de catastrophe humanitaire menaçant des millions de personnes, les Yéménites ont manifesté à Sanaa le 13 novembre.

Le prince saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud a décrété le 6 novembre la fermeture des ports, aéroports et accès routiers vers le Yémen après l’interception d'un missile lancé par des milices houthies. Ce blocus a pour but d’empêcher le transfert d’armes aux opposants, mais il bloque aussi le transport de biens de première nécessité pour les populations. Depuis, les interventions de l’ONU, qui a dénoncé le risque d’une famine historique, ont permis d’alléger ce blocage le 8 et 9 novembre – mais il n'a pas eu l'effet escompté. Sept millions de civils sont concernés. Dans la capitale Sanaa, des milliers de les Yéménites sont descendus dans la rue le 13 novembre pour demander la fin du blocus.

Les mouvements humanitaires vers le Yémen restent bloqués

Les quelques réouvertures récentes, comme celle du port d'Aden le 8 novembre ou du point de passage de Wadea, à la frontière saoudo-yéménite, n’ont pas eu d’impact sur l’acheminement de l’aide humanitaire, comme l'a constaté le 10 novembre un porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Russell Geekie.

«Les mouvements humanitaires vers le Yémen restent bloqués», a-t-il déclaré. «La réouverture du port à Aden n'est pas suffisante. Nous devons voir levé le blocus de tous les ports, en particulier Hodeida, pour les importations à la fois humanitaires et commerciales», a poursuivi Russel Geekie.

Riyad a annoncé le 13 novembre que les aéroports d’Aden et de Seyiun seraient prochaine rouvert, mais il sont situés dans de zones contrôlées par les forces gouvernementales, qui ne sont pas proches des zones où la population a le plus besoin d’aide. Choléra, malnutrition, voire famine à grande échelle, le Yémen subit une grave crise humanitaire depuis plusieurs années.

La venue en Arabie Saoudite d’Emmanuel Macron avait suscité des espoirs de rétablissement de l’aide humanitaire. Le président français avait rencontré le 9 novembre le prince héritier Salmane. L’Elysée assure qu’Emmanuel Macron «a souligné sa préoccupation sur la situation humanitaire et sa disponibilité à faciliter une sortie de crise politique» à l'occasion de cette rencontre.

Une situation en constante dégradation

La situation s’est considérablement dégradée depuis l’insurrection houthiste qui combat les forces pro-gouvernementales regroupées dans le sud depuis mars 2015. La coalition menée par l'Arabie Saoudite y a lancé une offensive militaire baptisée « Tempête décisive » pour contrer l'insurrection. Depuis, le conflit a fait 10 000 morts dont la moitié de civils.

L’accès humanitaire a été fortement réduit, alors que 18,8 millions de personnes auraient besoin d’assistance, que 14 millions d'entre elles sont en situation d’insécurité alimentaire et que 4,5 millions souffrent de sous-nutrition, selon les estimation de l’ONG Action contre la faim. Les effets du blocus actuel ont conduit le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock a évoqué le risque de voir survenir «la plus grande famine» de ces dernières décennies, prédisant des «millions de victimes».

Le blocus entrave également l'assainissement de l'eau, dans un contexte où le choléra fait rage. Les images filtrant sur les réseaux sociaux font état de corps décharnés, d’enfants squelettiques en souffrance extrême.

Entre le 27 avril et le 8 novembre 2017, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a enregistré 913 741 cas suspects de choléra et 2 196 décès liés à cette maladie. Même avant le blocus, les ONG dénoncent les entraves à l’acheminement de l’aide humanitaire vers les zones les plus affectées, notamment dans le nord-ouest. 

Lire aussi : Au Yémen un million d'enfants menacés par une épidémie de choléra

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.