L'ambassadeur russe en Pologne déplore la «guerre contre la mémoire» soviétique menée par Varsovie

L'ambassadeur russe en Pologne déplore la «guerre contre la mémoire» soviétique menée par Varsovie© Artur Widak Source: www.globallookpress.com
Vue du mémorial des soldats soviétiques tombés au champ d'honneur lors de la libération de Cracovie en Pologne, illustration.

Interrogé par RT, l'ambassadeur de Russie en Pologne Sergueï Andreïev s'insurge du sort réservé en Pologne aux monuments célébrant la mémoire des soldats soviétiques. Un mausolée rendant hommage à 56 soldats soviétiques russes a déjà été rasé.

Sergueï Andreïev, ambassadeur de la Russie en Pologne, a dénoncé le 4 novembre sur RT les amendements apportés à la loi polonaise de «dé-communisation» du pays, qui menacent des monuments érigés à la mémoire des soldats soviétiques tombés au combat lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il s'agit de monuments dédiés aux personnes qui ont sauvé la Pologne et c'est grâce à eux que la Pologne existe encore aujourd'hui, qu'elle soit communiste ou capitaliste

Le diplomate a dénoncé une «guerre contre la mémoire» et déploré le fait que les dépouilles des soldats soviétiques, morts en libérant la Pologne du nazisme, soient traitées de la même manière que celles des soldats allemands de la Wehrmacht qui occupaient le pays. «Il s'agit de monuments dédiés aux personnes qui ont sauvé la Pologne et c'est grâce à elles que la Pologne existe encore aujourd'hui, qu'elle soit communiste ou capitaliste», a-t-il martelé.

Le diplomate a également déploré l'attitude des responsables politiques polonais qui ont, selon lui, contribué à une certaine détérioration du dialogue sur cette question.

Un mausolée soviétique rasé début septembre : un acte de «vandalisme», selon la Russie

Le 22 juin 2017, la Diète polonaise (chambre basse du Parlement) a adopté des amendements à la loi de «dé-communisation», en vigueur depuis le mois d’avril 2017. La loi prévoyait l’interdiction de la propagande du «communisme et autres régimes totalitaires» dans les noms des bâtiments, des routes, des écoles et d'autres objets et établissements. De nouveaux amendements, approuvés par le président polonais Andrzej Duda à la mi-juillet, ont permis d’appliquer les dispositions de cette loi aux monuments glorifiant les soldats de l’URSS qui ont libéré la Pologne de l’occupation nazie, à l'exception des monuments situés sur les cimetières et ceux qui ne sont pas exposés au public. 

Une évolution législative qui pourrait donc impliquer la dectruction de nombreux monuments datant de l'époque soviétique, y compris des mémoriaux dédiés aux soldats de l'Armée rouge.

Le 9 septembre, un mémorial construit par l'Armée rouge en 1945 dans la ville polonaise de Trzcianka avait été réduit à l'état de ruines sur ordre des autorités polonaises. Ce monument rendait hommage à 56 soldats soviétiques qui avaient péri dans la bataille pour libérer la ville de l'occupation nazie. De plus, selon Alexeï Fomichev, chef de la mission commémorative militaire du ministère russe de la Défense en Pologne, les restes de combattants soviétiques auraient été inhumés sous ce mémorial.

A l'occasion de la destruction du monument, le ministre russe des Affaires étrangères avait publié un communiqué dans lequel il qualifiait cette destruction d'«acte de vandalisme sacrilège».

Lire aussi : Contre «l'islamisation de l'Europe», des milliers de catholiques polonais prient à leurs frontières

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.