Banksy célèbre les 100 ans de la déclaration du Balfour à Bethléem : des Palestiniens s’invitent

Banksy célèbre les 100 ans de la déclaration du Balfour à Bethléem : des Palestiniens s’invitent© Ahmad Gharabli Source: AFP
«Cérémonie d'excuses» relative à la déclaration de Balfour organisée par Banksy près de Bethléem le 1er novembre 2017

Le street artist Banksy a célébré à sa manière le centenaire de la très controversée déclaration Balfour, en organisant une «cérémonie d’excuses». Des activistes palestiniens s'y sont invités.

Le street artist Bansky a organisé le 1er novembre 2017 un événement pour marquer le centenaire de la déclaration Balfour, une lettre britannique controversée qui avait ouvert la voie à la création d’Israël. Il a convoqué une cinquantaine d’enfants palestiniens et des comédiens autour d’une table face à son hôtel artistique Walled-Off. Cet établissement a été ouvert par Banksy en mars 2017, près de Bethléem, à 500 mètres du checkpoint pour aller à Jérusalem, toutes les chambres ayant une vue sur le mur de séparation empiétant sur le territoire cisjordanien. Des activistes palestiniens se sont invités à la fête, et ont planté un drapeau palestinien dans le gâteau en signe de protestation.

Une anti-fête teintée d'humour anglais 

Banksy, qui n’a pas assisté à la cérémonie, avait soigné les détails. Les enfants ont joyeusement pris le thé, coiffés de casques frappés du drapeau britannique, face à une pièce montée aux couleurs de la Grande-Bretagne, sous les ballons, fanions et confettis. Puis une actrice déguisée en Elizabeth II a surgi pour dévoiler un pan du mur, sur lequel était gravé «Er…Sorry» Er, pour «Elizabeth Regina», mais qui signifie aussi «Euh…pardon».

Un comédien est apparu, des feuilles à la main : «J’ai un message de Banksy pour vous», a-t-il expliqué. «Nous avons organisé cet événement pour marquer le centenaire de l’écriture d’une lettre par un homme. Le 2 novembre 1917, en Angleterre un homme politique a fait une déclaration de soutien à la création de l'Etat d'Israël. Mais il n’était pas très soucieux des gens qui vivaient déjà ici. Il a été le point de départ d’un siècle de conflits et de confusion en 126 mots seulement», a-t-il déclaré à l’assistance, comme on peut le voir dans cette vidéo.

 

 

«Ce conflit a causé tant de souffrances de tous les côtés. Je ne pensais pas qu'il était approprié de "célébrer" le rôle britannique dans ce conflit», avait déclaré l’artiste dans un communiqué. «Les Britanniques n'ont pas bien géré les choses ici. Quand vous organisez un mariage, il est préférable de s'assurer que la mariée n'est pas déjà mariée», avait-il conclu.

Des activistes du camp de réfugié d’Aida se sont invités à l’événement artistique pour protester contre sa tenue. «Nous sommes venus car nous n’aimons pas l’utilisation des drapeaux anglais ni la manière dont ils se sont servis des enfants palestiniens» a déclaré Munther Amira, qui a planté un drapeau palestinien dans le gâteau, selon le journal britannique The Guardian. Peut-être n’avait-il pas saisi ou apprécié l’ironie de l’événement, mais les images montrent ensuite activistes et enfants festoyer ensemble.

https://francais.rt.com/international/44768-affiches-sur-question-palestinienne-bannies-transports

La déclaration Balfour : une lettre qui fait débat

La déclaration de Balfour, signée par le ministre des Affaires étrangères Arthur Balfour en 1917 et adressée à Lord Walter Rothschild (l'un des représentants du judaïsme britannique), donnait l'approbation officielle du Royaume-Uni aux objectifs du mouvement sioniste, à savoir l'établissement d'un «foyer juif» en Palestine, encore sous administration ottomane à l'époque. Mais la lettre comportait aussi un passage en forme de promesse : «Rien ne doit être fait qui puisse porter préjudice aux droits des communautés non juives existant en Palestine.» Or, cette déclaration a ouvert la voie à l'expulsion d'autochtones arabes de leurs terres. Selon le Guardian, Roderick Balfour, un descendant de Lord Balfour a déclaré que l’absence de création d’Etat palestinien aurait déplu à son célèbre ancêtre.

La Grande-Bretagne assurera le 2 novembre 2017 les célébrations du centenaire prévues en grande pompe, le point d’orgue étant un dîner auquel Theresa May a convié son homologue Benjamin Netanyahou. En Israël, une session spéciale au Parlement viendra célébrer la création de ce document fondateur. 

De leur côté, les Palestiniens, par l’entremise d’associations et du président de l'Autorité palestinien, Mahmoud Abbas ont demandé des excuses au gouvernement, qui a refusé de le faire en avril 2017. Des manifestations doivent être organisées en Angleterre pour le respect des droits des Palestiniens et la reconnaissance du préjudice entraîné par la promesse non-respectée des Britanniques, ainsi bien entendu qu'en Palestine.

Lire aussi : Les Palestiniens veulent porter plainte contre Londres pour la déclaration de Balfour en 1917 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.