Immigration/Allemagne: Merkel fait pleurer une collégienne !

Immigration/Allemagne:  Merkel fait pleurer une collégienne !© Fabrizio Bensch
La chancelière allemande a fait pleurer une collégienne palestinienne

Lors d'une émission télévisée, la chancelière allemande a adressé une fin de non-recevoir très sèche à une jeune palestinienne qui risque l'expulsion avec sa famille. Un incident qui passionne les Allemands et enflamme le web depuis plusieurs heures.

Ce débat télévisé organisé avec des écoliers allemands sur le «bien-vivre» en Allemagne devait être l'occasion pour la chancelière de se montrer sous un jour flatteur. Raté.

«C'est vraiment difficile de voir les autres enfants aimer leurs vies et être dans l'impossibilité de profiter avec eux» explique une écolière à Angela Merkel sur le plateau de télévision, avant de poursuivre: « J'ai des objectifs comme tout le monde...et étudier [en Allemagne] serait vraiment le but que j'aimerais atteindre.» La jeune fille qui s'appelle Reem, est en fait une réfugiée palestienne. Faute d'un permis de travail adéquat, son père -qui est soudeur- ne peut pas subvenir aux besoins de sa famille qui risque donc d'être très prochainement expulsée d'Allemagne. Pour Reem, qui étudie au collège Rostock depuis 4 ans et qui est une exellente élève -elle parle couramment anglais, allemand et même un peu suédois- c'est un rêve qui se brise.

Une situation inattendue pour la chancelière qui reprend le micro... pour jsutement défendre sa politique migratoire. «Je comprends...mais les règles politiques sont parfois cruelles...Bien sûr, es une très belle personne...Tu sais dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, il y a des milliers de personnes...si nous disons "vous pouvez tous venir chez nous", on ne s'en sortira pas.» a ainsi répliqué la chancelière. Des propos très secs qui ne laissent guère d'espoir pour l'avenir. Reem s'effondre alors en pleurs dans les bras de ses copines. 

Embarrassée Angela Merkel se rapproche de l'enfant pour lui caresser les cheveux et tenter de la réconforter. «Tu as fait du bon travail !» lâche ainsi Angela Merkel pour apaiser les souffrances de l'écolière. Une phrase manquant cruellement d'empathie et qui est depuis largement relayée sur le web...et moquée.

Sous le hastag #merkelstreichelt (littéralement «la caresse de Merkel»), les twittos allemands se déchaînent depuis mercredi, raillant son manque d'humanité. Sascha Lobo écrit ainsi: «Si vous pensez qu'Angela Merkel est trop sympa, regardez cette vidéo...». «Chrétienne, scientifique, politicienne...mais incapable de se comporter comme une personne humaine» tacle Boris Mayer. 

Ce sujet de disussion est d'ailleurs devenu en quelques heures l'un des plus populaires en Allemagne ! D'autant plus que le service de presse de la chancelière, tentant de minimiser l'incident, a conclu son communiqué sur cette note bien optimiste: «Après 90 minutes d'un débat animé, tout le monde a finalement applaudi et s'est félicité». Même la jeune Reem ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»