«Nous ciblons les terroristes» : Moscou dément avoir frappé un groupe allié de Washington en Syrie

«Nous ciblons les terroristes» : Moscou dément avoir frappé un groupe allié de Washington en Syrie© LOUAI BESHARA Source: Reuters
Une vue de la ville de Deir ez-Zor

Accusée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) d’avoir pris leurs positions pour cible, la Défense russe a souligné que ses frappes aériennes ne visaient pas l’opposition syrienne soutenue par les Etats-Unis, mais Daesh.

Le ministère russe de la Défense a démenti les informations selon lesquelles l'aviation russe aurait ciblé, à Deir ez-Zor, des positions des Forces démocratiques syriennes (FDS), un groupe allié de Washington qui combat Daesh en Syrie. Diffusées par l’agence Reuters, ces informations étaient des accusations des FDS.

«Assistant l’opération des troupes syriennes visant à détruire le dernier renfort de Daesh à Deir ez-Zor, l’aviation russe effectue des frappes précises sur les infrastructures terroristes confirmées pas plusieurs sources de renseignement», a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la Défense russe, Igor Konachenkov. Les avions russes prennent notamment pour cible «des positions établies de Daesh d’où sont visées les troupes syriennes, ainsi que des réserves de terroristes se dirigeant vers elles depuis des bases arrières», poursuit le communiqué.

En outre, «les drones et le renseignement qui sont actifs 24 heures sur 24 près de Deir ez-Zor n’ont pas enregistré de combats impliquant les combattants des FDS avec l’arrière-garde des terroristes de Daesh», selon Igor Konachenkov.

Le militaire russe a ensuite rappelé que la veille, l’armée russe avait diffusé des clichés aériens montrant des équipements des forces spéciales américaines, alliées des FDS, sur des zones contrôlées par Daesh près de Deir ez-Zor. Selon Moscou, les Américains assuraient ainsi le passage des FDS au milieu des positions de Daesh, sans que les terroristes ne les attaquent.

Plus tôt ce 25 septembre, les FDS avaient accusé la Russie d’avoir pris leurs positions pour cible à proximité d’un important champ de gaz dans le nord de Deir ez-Zor, menaçant d’exercer leur «droit à l’autodéfense». Le porte-parole de la coalition américaine, Ryan Dillon, cité par Reuters, a confirmé que les combattants des FDS avaient essuyé des tirs, sans toutefois être en mesure de déterminer si la Russie en était à l'origine.

Début septembre, l’armée syrienne, soutenue par l’aviation russe, était parvenue à rompre le blocus de ville de Deir ez-Zor, chef-lieu de la province éponyme riche en gaz et pétrole, assiégée depuis trois ans par les djihadistes de Daesh. Le gouvernement syrien ayant repris le contrôle de la route entre Deir ez-Zor et Palmyre, l’aide humanitaire envoyée par Moscou et Damas a finalement pu atteindre les habitants de la ville.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.