La banque étant trop lente à le satisfaire, un migrant y met le feu (VIDEO CHOC)

La banque étant trop lente à le satisfaire, un migrant y met le feu (VIDEO CHOC)
Capture d'écran d'une caméra de sécurité montrant le pyromane déverser de l'essence dans la banque

A Melbourne, en Australie, en novembre 2016, un migrant a fait 33 blessés dont 4 graves en mettant le feu à une banque parce qu'il trouvait que les billets qu'il réclamait ne venaient pas assez vite. Il est jugé cette semaine.

Nur Islam est actuellement jugé en Australie pour avoir mis le feu à une agence bancaire en novembre 2016. Le migrant originaire de Birmanie, présent sur le territoire australien à Melbourne en toute illégalité, voulait retirer 442 dollars australiens mais il trouvait que l'opération n'allait pas assez vite.

Qu'à cela ne tienne : il est allé à la station essence la plus proche pour se procurer un bidon contenant 11 litres de carburant et est revenu mettre le feu à sa banque. Sur les images de la caméra de surveillance partagées par la journaliste Rita Panahi, on le voit entrer dans les locaux de l'agence et déverser le carburant avant de mettre le feu à la banque avec son briquet alors que les clients, terrifiés, quittent la scène en courant.

33 blessés, dont quatre graves

33 personnes ont été blessées lors de l'incendie, dont quatre très grièvement et le bâtiment a été très endommagé. Le pyromane lui-même a été brûlé à 60%.

Lors de l'audience préliminaire, l'avocat de Nur Islam a réclamé la clémence des juges à l'égard de son client, avançant l'argument selon lequel c'est ce dernier qui avait subi le plus de dommages corporels lors de l'incendie.

Le prévenu plaide non-coupable

Le prévenu a reconnu être à l'origine de l'incendie mais a choisi de plaider non-coupable aux 33 chefs d'inculpations retenus contre lui. Il bénéficiera d'une expertise psychiatrique avant son procès qui se tiendra à Victoria.

Lire aussi : Evacuation d'un camp de migrants de Grande-Synthe sur fond de bras de fer politique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.