29 blessés dans un attentat dans le métro de Londres revendiqué par l'Etat islamique

Le 15 septembre, une explosion a retenti dans la station Parsons Green du métro londonien, créant la panique. 29 personnes ont été blessées par cet attentat, revendiqué par Daesh.

La police de Londres a fait savoir le 15 septembre qu'une explosion avait eu lieu dans la station de métro Parsons Green, dans le centre-ville de la capitale britannique. Les secours ont déclaré que 29 personnes avaient été hospitalisées, selon un dernier bilan. Aucune d'entre elles ne souffre de blessures graves et leurs jours ne sont pas en danger.

«L'engin explosif [employé] était destiné à faire d'énormes dégâts», a déclaré le Premier ministre britannique, Theresa May, dans un message télévisé, à l'issue d'une réunion d'urgence de sécurité de son cabinet dans l'après-midi.

Acte terroriste revendiqué par Daesh

L'incident a été considéré comme «un acte terroriste», a déclaré à la mi-journée Neil Basu, un responsable de l'anti-terrorisme de la ville dans un communiqué. Le gouvernement a convoqué une réunion d'urgence. 

«Mes pensées et mon soutien vont aux blessés de Parsons Green, ainsi qu'aux équipes de la police et des secouristes qui ont répondu avec bravoure rapidité et professionnalisme à un incident qui est vraisemblablement de nature terroriste», a de son côté fait savoir Theresa May dans un communiqué.

Le soir du 15 septembre, l'organisation djihadiste a revendiqué cet attentat, via son organe de propagande Amaq, cité par l'agence Reuters.

Un engin artisanal à l'origine de l'explosion

Des témoins cités par l'agence Reuters avaient déclaré avoir entendu un bruit sourd dans la rame, qui s'était aussitôt remplie d'une épaisse fumée blanche, poussant les passagers à fuir dans la panique. 

Selon un journaliste présent dans le métro au moment de l'incident, c'est un «conteneur blanc» qui a explosé à l'arrière du train. 

Des photographies ont été publiées sur Twitter, montrant l'objet ayant supposément explosé dans le wagon. Il s'agirait d'un sac de provisions placé près d'une des portes de la rame de métro et contenant un seau en plastique de couleur blanche d'où pendent des fils électriques.

Selon la chaîne de télévision Sky News, la police étudie la piste d'une bombe artisanale qui n'a pas totalement explosé. 

Un journaliste du quotidien britannique Daily Telegraph a par ailleurs déclaré sur Twitter qu'un second objet explosif avait été désamorcé par la police.

Des brûlures au visage

Aussitôt après l'explosion, des témoins présents sur les lieux avaient posté des photographies sur les réseaux sociaux, montrant policiers et secouristes sur place, tandis que plusieurs témoins avaient déclaré que des personnes avaient des brûlures au visage.

Le trafic a été interrompu entre les stations Earls Court et Wimbledon de la District Line, l'une des principales lignes du métro londonien.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.