«Discriminatoire» : Moscou agacé de voir des journalistes russes indésirables à une réunion de l'UE

«Discriminatoire» : Moscou agacé de voir des journalistes russes indésirables à une réunion de l'UE© Igor Roussak Source: Sputnik
Le logo de l'agence "Rossiya Segodnya"

Trois employés de Rossiya Segodnia se sont vu refuser l’accès à la réunion des ministres européens des Affaires étrangères en Estonie sans aucune explication. Une décision qui passe mal chez les autorités russes.

«La discrimination flagrante de l’une des plus grandes agences d’actualité montre encore une fois la vraie valeur des déclarations hypocrites des autorités estoniennes sur leur fidélité à la liberté de parole et d’accès à l’information. Que cette décision soit prise par la présidence estonienne elle-même ou en accord avec Bruxelles, les mesures restrictives de Tallinn compromettent l’autorité de l’Union européenne», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué publié le 29 août. Les diplomates russes ont appelé les institutions internationales à «étudier avec attention cette situation inadmissible et adopter des mesures afin d’empêcher la violation des droits des journalistes russes».

Les autorités russes réagissaient au refus par la présidence estonienne de l’Union européenne d'accréditer trois correspondants de l’agence de presse russe Rossiya Segodnya, propriétaire des entités Sputnik et RIA Novosti. Ils voulaient couvrir la réunion des chefs de la diplomatie des pays de l’Union européenne (UE), qui se tiendra les 7 et 8 septembre dans la capitale estonienne.

Une mesure qui inquiète les journalistes européens

La diplomatie russe n'est pas seule à s'émouvoir de cette restriction. La Fédération européenne des journalistes a elle aussi condamné la décision de la présidence estonienne de l'Union européenne. «C'est clairement une attaque sérieuse contre la liberté de la presse», s'est insurgé Ricardo Gutierrez, le président de l'association, qui a décidé de saisir le Conseil de l'Europe sur cette question. «En pratique, cela veut dire que le secrétaire général du Conseil de l'Europe demandera au gouvernement estonien des explications à ce sujet», a-t-il ajouté. La rédactrice en chef de Rossiya Segodnya Margarita Simonyan a remercié Ricardo Gutierrez de son soutien.

C’est la première fois que l’agence Rossiya Segodnya fait face à de telles restrictions dans le cadre d’événements de haut niveau organisés par l’UE. Les pays baltes font pourtant souvent obstacle au travail des journalistes sur leur sol. Ainsi, en avril 2017, c’est l’Estonie, déjà, qui avait refusé l’accès à un journaliste de la chaîne privée russe REN TV qui voulait couvrir le forum Open Russia. Les autorités avaient évoqué des problèmes dans les documents fournis par le journaliste.

En novembre 2016, le Parlement européen a adopté une résolution appelant les Etats membres à lutter contre la «propagande du Kremlin», allant jusqu'à l'assimiler à celle de Daesh.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.