Kémi Séba dénonce le rôle de la Banque de France au Sénégal et brûle un billet de 5000 Francs CFA

- Avec AFP

Kémi Séba dénonce le rôle de la Banque de France au Sénégal et brûle un billet de 5000 Francs CFA© AFP Source: AFP
Kémi Séba

Le militant controversé de la cause noire Kémi Séba a été interpellé le 25 août dernier à Dakar au Sénégal pour «destruction d'un billet de banque» après avoir brûlé 5 000 francs CFA, selon une source judiciaire.

Kémi Séba, ex-leader de la «Tribu Ka», groupuscule dissout en 2006 en France pour antisémitisme et incitation à la haine raciale, a été interpellé le 27 août à son domicile de Dakar, la capitale sénégalaise, par la Division des investigations criminelles (DIC, police judiciaire), selon une source judiciaire s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Il lui est reproché d'avoir brûlé un billet de 5 000 francs CFA (7,6 euros) lors d'une manifestation de ses partisans le 19 août à Dakar. Il souhaitait ainsi dénoncer ce qu’il qualifie de «scandale économico-politique d’ordre colonial». Il sera probablement déféré devant le parquet pour «destruction volontaire et publique par le feu d'un billet de banque ayant cours légal», a précisé à l'AFP une source policière. 

«Nous sommes arrivés aujourd'hui à un stade d'intolérance chronique par rapport au degré de soumission dramatique de nos élites africaines qui passent leur temps à suivre les prérogatives de l'Elysée et du quai d'Orsay français [...] L'un des droits les plus inaliénables de chaque peuple est le principe de souveraineté et notre souveraineté est violée quotidiennement, non seulement par les dirigeants français, mais aussi par nos élites africaines qui suivent systématiquement ce que dit l'oligarchie française [...] Au XXIe siècle, chaque peuple devrait avoir le droit de posséder sa propre monnaie, de décider de son avenir politique. Aucun avenir politique ne peut se décider sans une maîtrise totale de son économie», a déclaré Kémi Séba dans une vidéo tournée lors du rassemblement de ses partisans le 19 août à Dakar. 

Le polémiste a été interpellé de même qu'un «complice» visé par la même accusation, toujours selon cette source policière, qui n'a pas donné plus de détails.

Kémi Séba, de son vrai nom Stellio Capochichi, qui se présente sur sa page Facebook comme un «polémiste et conférencier panafricain», a ces dernières années organisé ou participé en Afrique à plusieurs manifestations hostiles au franc CFA, monnaie créée en 1945 et rattachée à l'euro par une parité fixe.

Issu d'une famille franco-béninoise, il a été interpellé à la suite d'une plainte de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), basée à Dakar, selon la presse locale. 

La BCEAO est l'institut d'émission en Afrique de l'Ouest du franc CFA, monnaie de 14 pays francophones de l'ouest et du centre du continent, totalisant 155 millions d'habitants. Huit appartiennent à l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et six à la Communauté économique d'Afrique centrale (Cémac).

«Je savais qu'en effectuant cet acte purement symbolique, la BCEAO, sans doute sur commande de la Banque de France, engagerait une procédure visant à me mettre en prison. Je le savais, et je suis prêt à en payer le prix», a indiqué sur sa page Facebook Kémi Séba. 

«Le franc CFA est un scandale économico-politique d'ordre colonial qui tue notre peuple», avait-il ajouté.

L'activiste a eu plusieurs démêlés judiciaires ces dernières années en France, notamment pour avoir proféré des propos jugés antisémites. 

En 2014, il avait été interpellé après avoir donné un spectacle au théâtre de la Main d'Or à Paris, exploité par le polémiste français Dieudonné, «un frère et un ami» aux yeux de Kémi Séba.

Lire aussi : Alain Soral et Dieudonné auraient été officiellement conviés à la fête nationale de Corée du Nord

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.