3 900 soldats US supplémentaires en Afghanistan, les taliban promettent un «cimetière» à Trump

3 900 soldats US supplémentaires en Afghanistan, les taliban promettent un «cimetière» à Trump© Joshua Roberts Source: Reuters
Donald Trump revient sur sa promesse de retrait de l'Afghanistan dans une allocution depuis la base Fort Myer.

Durant sa campagne, Donald Trump prônait un retrait d'Afghanistan. Il choisit aujourd'hui de prolonger la guerre la plus longue des Etats-Unis et met le Pakistan en garde. Les taliban promettent un cimetière à ces troupes additionnelles.

Le 21 août, dans un discours tenu depuis Fort Myer, la base militaire située face à Washington DC sur l'autre rive du fleuve Potomac, le 45e président des Etats-Unis a déclaré : «Mon instinct initial était de se retirer [d'Afghanistan] mais les décisions sont très différentes lorsque vous êtes dans le Bureau ovale.» Donald Trump aurait en effet donné son accord à l'envoi de 3 900 soldats américains supplémentaires en Afghanistan.

Il s'agit d'un sujet sur lequel le président américain était très attendu alors qu'il avait répété régulièrement sa préférence pour un retrait du sol afghan, comme en 2013, sous la présidence de Barack Obama : «Nous devrions quitter immédiatement l'Afghanistan. Assez de vies perdues. Si nous devons y retourner, faisons-le pour de bon et vite. Reconstruisons les Etats-Unis d'abord.»

Le discours actuel paraît bien éloigné de cette déclaration du candidat devenu depuis président et qui exclut désormais tout retrait d'Afghanistan. Trump argue que cette décision créerait un appel d'air dans cette région troublée et que cela profiterait aux «terroristes» d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique.

3 900 soldats de plus

Quelque 8 400 soldats américains sont actuellement présents en Afghanistan au sein d'une force internationale qui compte au total 13 500 hommes et qui sert essentiellement à conseiller les forces de défense afghanes.

Si le président des Etats-Unis n'a donné ni chiffres ni dates concernant un nouvel envoi de troupes sur la zone, un haut responsable américain, cité par l'AFP, a souligné que Donald Trump avait donné son feu vert au Pentagone pour le déploiement de quelque 3 900 soldats supplémentaires. Pour mémoire, les forces américaines ont compté jusqu'à 100 000 hommes sur zone en 2010. Quelque 2 400 soldats américains sont morts en Afghanistan depuis 2001, et plus de 20 000 y ont été blessés.

Le Pakistan est prévenu

Dans son discours, Donald Trump n'a pas oublié de glisser une mise en garde solennelle au Pakistan, pays voisin de l'Afghanistan : «Le Pakistan a beaucoup à gagner en collaborant à nos efforts en Afghanistan. Il a beaucoup à perdre en continuant à abriter des terroristes, cela doit changer et cela va changer immédiatement !» 

Le mois dernier, le département américain de la Défense avait déjà suspendu l'octroi d'une aide militaire de 50 millions de dollars, jugeant qu'Islamabad ne faisait pas assez contre le réseau islamiste Haqqani, allié aux taliban afghans. Ce dernier opère au Pakistan et en Afghanistan. Une supposition que l'armée pakistanaise a réfuté en annonçant quelques heures avant le discours du président américain que le pays n'abriterait plus «aucune structure organisée d'aucun groupe terroriste.»

Les taliban promettent un «cimetière» à cette «croisade»

Les taliban, qui ont revendiqué un tir de roquette visant l'ambassade américaine à Kaboul quelques minutes après le discours de Donald Trump le 21 août (sans faire de blessés), n'ont pas attendu longtemps pour faire connaître leur réaction à la prise de position américaine : «Si les Etats-Unis ne retirent pas leurs troupes d'Afghanistan, [le pays] deviendra bientôt un nouveau cimetière pour cette super-puissance au XXIe siècle. Les dirigeants américains devraient le savoir», ont-ils déclaré dans un communiqué dès le 22 août. «Tant qu'il y aura un seul soldat américain sur notre sol et qu'ils continueront à nous imposer la guerre, nous poursuivrons notre djihad», poursuit le texte.

Enfin, un haut responsable taliban interrogé par l'AFP et cité sous couvert d'anonymat, a estimé que Donald Trump continuait dans la ligne du «comportement arrogant» d'autres présidents, tel George W. Bush. «Il est simplement en train de gaspiller des soldats américains. Nous savons comment défendre notre pays. Cela ne changera rien», a-t-il ajouté.

Un commandant du réseau insurgé Haqqani a, pour sa part, déclaré que Donald Trump avait démontré qu'il s'agissait d'une «croisade». «Son discours montre qu'il veut éliminer l'ensemble de la communauté musulmane», a-t-il précisé.

Le président afghan, Ashraf Ghani, a quant à lui salué «l'engagement durable» des Etats-Unis. Le gouvernement afghan a ajouté dans un communiqué que cette décision de renoncer à tout retrait rapide montrait «l'engagement durable de ce partenaire fondateur dans ce conflit international.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.