Attaques en Catalogne: un mystérieux imam pourrait être derrière la radicalisation des terroristes

Attaques en Catalogne: un mystérieux imam pourrait être derrière la radicalisation des terroristes  © Albert Gea Source: Reuters
Femme dans une mosquée de Ripoll.

La police espagnole est à la recherche d'un imam résidant à Ripoll en Espagne qui pourrait être lié aux terroristes ayant fait 14 morts à Barcelone et à Cambrils. L'imam, qui a aussi résidé en Belgique est introuvable depuis le 16 août.

Un imam soupçonné par les enquêteurs d'être membre de la cellule djihadiste responsable des attentats de Catalogne du 17 août est activement recherché en Espagne. Son domicile situé dans la petite ville de Ripoll, au pied des Pyrénées, dont sont originaires plusieurs des terroristes, a été perquisitionné le lendemain des attentats puis le 19 août. Personne n'a revu l'homme en ville depuis deux mois, quand il a expliqué à son entourage qu'il partait en vacances au Maroc.

Selon l'AFP, l'imam est introuvable depuis le 17 août, date de l'explosion d'une maison à Alcanar bourrée de bouteilles de gaz où la police a retrouvé les corps de deux personnes non identifiées. «Nous commençons à voir clairement que c'est le lieu où se préparaient les explosifs pour commettre un ou plusieurs attentats dans la ville de Barcelone», avait expliqué Josep Lluis Trapero, chef de la police de Catalogne. Selon l'AFP, la police envisage l'hypothèse selon laquelle l'imam aurait pu périr dans l'explosion de la maison. Des analyses ADN sont en cours pour identifier les deux corps. 

Agé d'une quarantaine d'années, l'imam Abdelbaki As Satty a été décrit par des habitants de Ripoll comme un individu solitaire, fréquentant des gens plus jeunes que lui. Il vivait dans un deux pièces, en colocation avec un autre homme de 45 ans qui a dressé à l'AFP le portrait d'un «homme qui parlait peu, passait du temps avec son ordinateur dans la chambre, avait un vieux téléphone portable sans internet, peu de livres». Depuis le Maroc, le grand-père de deux frères terroristes impliqués dans les attaques, a accusé un imam originaire du Pays de Djbala (région du Nord du Maroc) d'être à l'origine de la radicalisation de ses petits-enfants survenue, d'après lui, il y a deux ans. 

Selon les journaux espagnols El Pais et El Mundo, citant des sources de la lutte antiterroriste, l'imam a fait un passage en prison en Espagne avant d'être libéré en 2012. Au cours de sa détention, il aurait fréquenté des personnes ayant participé aux attentats de Madrid en 2004 qui avaient causé la mort de 191 personnes dans des trains de banlieue. 

Selon Hammou Minhaj, 30 ans, secrétaire marocain de la communauté musulmane de Ripoll «Annour», cité par l'AFP, Abdelbaki Es Satty était arrivé en 2015 en ville, puis a affirmé être «allé en Belgique comme imam». Il se serait ensuite revenu à Ripoll où il a officié comme imam dans la nouvelle mosquée d'«Annour».

Le maire de la commune de Vilvorde en Belgique a confirmé à l'AFP que l'imam avait séjourné à Machelen, dans la banlieue de Bruxelles «entre janvier et mars 2016». Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et à la Migration Theo Francken a affirmé sur Twitter qu'Abdelbaki Es Satty n'était pas connu sous ce nom dans les registres de l'immigration et qu'il n'a pas formulé de demande de séjour mais qu'il a quand-même pu venir en Belgique. 

Le parquet belge a ouvert une information judiciaire dès le lendemain des attentats, une Belge faisant partie des victimes. Un suspect de 22 ans nommé Younès Abouyaaqoub est toujours activement recherché. Sa photo a été diffusée tandis que des barrages ont été mis en place en Catalogne pour tenter de le capturer. 

Lire aussi : Attentats en Espagne : perquisition chez un imam, la chasse à l'homme se poursuit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.