Par crainte d'infiltrations du Hamas, Israël hâte la construction d'un mur souterrain autour de Gaza

- Avec AFP

Par crainte d'infiltrations du Hamas, Israël hâte la construction d'un mur souterrain autour de Gaza© SAID KHATIB Source: AFP
Un jeune palestinien dans un tunnel lors d'un entraînement organisé par le Hamas (image d'illustration)

Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain le long de sa frontière avec la bande de Gaza, pour l'achever d'ici 2019. L'objectif est d'empêcher l'infiltration sur le territoire israélien de commandos, notamment du Hamas, par des tunnels.

«Nous allons accélérer la construction de cet obstacle. Nous espérons que cette construction sera achevée d'ici deux ans», a affirmé le 9 août le général israélien Eyal Zamir, commandant de la région militaire sud, lors d'une audio-conférence.

Israël va donc hâter la construction d'un mur souterrain le long de sa frontière avec la bande de Gaza. Le projet vise à empêcher l'infiltration de groupes armés par des tunnels. En effet, les tunnels creusés entre la bande de Gaza et le territoire israélien et par lesquels peuvent s'infiltrer des commandos du mouvement islamiste Hamas ou d'autres organisations palestiniennes, sont considérés par Israël comme une des principales menaces pesant sur sa sécurité.

Une trentaine de tunnels avaient été détruits à l'été 2014, lors de la dernière guerre menée par Israël contre le Hamas à Gaza, enclave palestinienne dirigée depuis 2007 par le mouvement islamiste et soumise à un blocus de la part de l'Etat hébreu.

«J'espère que le Hamas ne s'attaquera pas [à ce chantier] bien qu'il considère ces tunnels comme un outil stratégique contre Israël», a pour sa part déclaré à la radio militaire le ministre de la Construction, Yoav Galant, membre du cabinet de sécurité et ancien commandant de la région militaire sud.

Ce dernier a aussi souligné que ce mur serait creusé en territoire israélien parallèlement à la clôture de sécurité, qui ferme hermétiquement la bande de Gaza au nord et à l'est.

Selon la radio militaire, ce mur, constitué notamment de plaques de béton et de capteurs, va s'étendre sur les 64 kilomètres de la frontière.

Un millier d'ouvriers sont actuellement employés sur le chantier dont le coût s’élèvera à trois milliards de shekels (environ 710 millions d'euros). La radio militaire a précisé que la hauteur de la clôture de sécurité, déjà en place, serait portée à 6 mètres.

Les médias israéliens ont également fait savoir qu'une «barrière maritime», qui prendra la forme d'un quai à la frontière avec Gaza, serait érigée et dotée de capteurs afin de rendre difficile l'infiltration de commandos d'hommes-grenouilles du Hamas.

Le général Zamir a par ailleurs lancé une mise en garde à l'organisation qui contrôle Gaza. «Le Hamas creuse des tunnels sous des habitations civiles dans la bande de Gaza et sera tenu pour responsable si nous devons attaquer ces cibles», a-t-il affirmé, mentionnant deux immeubles au nord de l'enclave.

«Les habitants doivent savoir que nous considérons ces immeubles comme des cibles légitimes et que ceux qui y résident mettent leur vie en danger», a prévenu le général.

Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile depuis la fin de la guerre de 2014, la troisième dans l'enclave palestinienne en six ans.

Lire aussi : Benjamin Netanyahou : «Aucun gouvernement n'a fait autant pour la colonisation»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.