«Les terroristes ont gagné» : en Australie, l'interdiction de construire une synagogue fait scandale

«Les terroristes ont gagné» : en Australie, l'interdiction de construire une synagogue fait scandale© Ronen Zvulun Source: Reuters
(Image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

La décision d'un tribunal australien d'interdire la construction d'une synagogue, pour des raisons sécuritaires, a provoqué une averse de critiques sur les réseaux sociaux. Certains y ont vu une capitulation face à la menace terroriste.

Les autorités australiennes ont fait interdire la construction d'une synagogue dans la banlieue de Sydney, justifiant ce choix par le risque que le site religieux devienne la cible privilégiée d'attaques terroristes. Cette décision a été perçue comme une forme d'acceptation de la «victoire» des terroristes par certains internautes, tandis que d'autres l'ont même qualifiée d'«antisémite».

L'association communautaire juive «Amis des Réfugiés d'Europe de l'Est» avait demandé la construction du lieu de culte à Bondi, dans la banlieue de l'Est de Sydney. L'emplacement est proche de la plage de Bondi, une destination touristique très populaire. 

L'appel de l'association s'est vu rejeté le 2 août par un tribunal de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

La tribunal a justifié sa décision par «le risque potentiel pour les fidèles et le public». «L'Australie fait face à une menace terroriste continue [que représentent] les soutiens de l'Etat islamique», a-t-il ajouté.

Le verdict a choqué et provoqué la colère, notamment parmi la communauté juive. «C'est une triste journée  pour l'Australie si une communauté qui a besoin d'un lieu de culte se voit refuser la permission de le construire à cause de la peur que d'autres puissent représenter une menace», a déclaré Vic Alhadeff, responsable du Conseil des représentants juifs de Nouvelle-Galles du Sud, au site internet d'information américain News.com.

Le chef de la communauté religieuse juive locale, Rabbi Yehoram Ulman, a même considéré que la décision du tribunal «récompens[ait] le terrorisme».

«[Cette décision] implique qu'aucune organisation juive ne devrait être autorisée à exister dans des zones résidentielles. [Elle] va dans la direction d'une répression de l'existence et de l'activité de la communauté juive à Sydney et, en créant un précédent, dans toute l'Australie. Par extension, cela récompense le terrorisme» a-t-il expliqué. 

De nombreux internautes, également, ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux. «En Australie, les terroristes ont gagné», a par exemple résumé Jeff Jacoby, chroniqueur au Boston Globe.

«C'est un scandale ! C'est quoi la suite ? On ferme les églises et on applique la charia pour apaiser les extrémistes ?», a également tweeté une internaute.

«Quoi, vit-on en Australie ou dans l'Allemagne nazie ?», s'est ironiquement interrogé un autre.

De nombreuses personnes ont aussi dénoncé le soi-disant antisémitisme de la décision. «Le gouvernement australien a prouvé soit qu'il était d'une indéfectible lâcheté, soit d'un antisémitisme total. Dans les deux cas c'est écœurant», s'est encore indigné un utilitaire de Twitter. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»