Tensions autour de l'esplanade des Mosquées après le renforcement de la sécurité imposé par Israël

- Avec AFP

Tensions autour de l'esplanade des Mosquées après le renforcement de la sécurité imposé par Israël© Ammar Awad Source: Reuters
Des affrontements ont eu lieu autour de l'esplanade des mosquées à Jérusalem

Les fidèles musulmans ont refusé le 17 juillet, à l'appel des autorités religieuses palestiniennes, de se rendre sur l'esplanade des Mosquées pour protester contre l'installation imposée par Israël de détecteurs de métaux aux entrées du lieu saint.

Israël a décidé d'installer des détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées après une attaque à l'arme à feu le 14 juillet dans la vieille ville de Jérusalem, au cours de laquelle deux policiers israéliens ont été tués par trois Arabes israéliens, abattus ensuite par les forces de sécurité.

Mais ce renforcement des mesures de sécurité s'est opéré, sans consulter le Waqf, l'organisme palestinien chargé des biens musulmans.

«Nous n'accepterons pas qu'Israël crée un précédent», a déclaré Nasser Najib, l'un des gardiens employé par le Waqf depuis 31 ans.

Le 16 juillet au soir, des affrontements se sont produits entre policiers et palestiniens qui s'étaient rassemblés à l'extérieur d'une des portes du site où se trouvait un portique de sécurité. Selon le Croissant-Rouge palestinien, 17 personnes ont été blessées.

L'esplanade, troisième lieu saint de l'islam qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le dôme du Rocher, était pratiquement vide le 17 juillet. Seuls quelques touristes et visiteurs juifs s'y sont rendus, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Comme le 16 juillet, des centaines de musulmans ont prié à l'extérieur de deux des entrées du site pour protester contre l'installation des détecteurs de métaux.

«Pour toi mosquée Al-Aqsa, nous sacrifions notre âme et notre sang», ont scandé les fidèles en signe de protestation à la fin de la prière. La police leur a ensuite demandé d'évacuer les lieux.

Après l'attaque ayant visé des policiers israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait pris la décision exceptionnelle d'interdire le 14 et le 15 juillet l'accès à l'esplanade.

L'esplanade est également révérée par les juifs comme le mont du Temple. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas.

Lire aussi : Le mufti de Jérusalem interpellé par la police israélienne après un attentat meurtrier

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»