Trump défend son fils dans l’affaire de la rencontre avec l’avocate russe

Trump défend son fils dans l’affaire de la rencontre avec l’avocate russe© Brian Snyder Source: Reuters
Donald Trump avec son fils

Le président des Etats-Unis a dénoncé une «chasse aux sorcières» contre Donald Trump Jr., empêtré dans une tempête médiatique autour de sa rencontre avec une avocate russe. Le Kremlin déclare de son côté n'avoir pas eu connaissance de cette affaire.

«Ce n’est que la plus énorme chasse aux sorcières dans l’histoire politique. Triste !», a écrit Donald Trump sur Twitter, le 12 juillet, en commentant l’emballement des médias autour d'une rencontre de son fils, en juin 2016, avec l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa.

«Mon fils Donald a fait du bon boulot hier soir», a déclaré le président américain, en commentant l’interview que son fils a accordé à Fox News le 11 juillet sur ce sujet.

Dans l’entretien de Donald Trump Junior avec le présentateur de Fox News Sean Hannity, le fils du dirigeant américain a décrit la rencontre avec Natalia Vesselnitskaïa comme «20 minutes gaspillées». Cette entrevue avait été organisée par Rob Goldstone, un agent publicitaire musical, qui avait contacté Donald Trump Junior et lui avait fait part de la possibilité de recevoir une information potentiellement gênante pour Hillary Clinton.

Lire aussi : Accusations de piratage du Parti démocrate par la Russie : le New York Times fait marche arrière

«Mon intérêt à l’époque était que quelqu’un disposait d'une information sur notre adversaire», a expliqué Donald Trump Junior sur le plateau de Fox News. Pourtant, Natalia n’avait «aucune information à donner et voulait parler de la politique d’adoption et de la loi Magnitski [qui prévoit une série de sanctions contre des fonctionnaires russes]», a-t-il commenté plus tôt, sur son compte Twitter.

Quelques heures plus tôt, le fils aîné de Donald Trump avait décidé de rendre publics des échanges électroniques avec Rob Goldstone, dont la famille est proche des Trump, où ils discutaient de la préparation de la rencontre. «Cette femme, comme elle l’a déclaré publiquement, n’est pas un fonctionnaire du gouvernement russe», lit-on dans un communiqué accompagnant des emails. Une information que Natalia Vesselnitskaïa a confirmée dans une interview avec NBC News. «Je n’ai jamais disposé d’informations gênantes ou sensibles sur Hillary Clinton. Ce n’était pas mon intention d'en avoir», a-t-elle encore dit, ajoutant qu’elle n’avait jamais sollicité elle-même cette rencontre avec Donald Trump Junior.

Lire aussi : Des «pressions» de Trump sur Poutine concernant l’élection présidentielle : «absurde», selon Mosco

Le Kremlin «n’est pas au courant»

Dès la publication par le New York Times de l’article sur la rencontre entre Donald Trump Junior et Natalia Vesselnitskaïa, Moscou a déclaré ne pas connaître la seconde, malgré les allégations du journal sur ses supposés «liens avec le Kremlin».

«J’ai appris avec surprise qu’une avocate russe, […] et le fils de [président américain Donald] Trump étaient accusés de s’être rencontrés. Pour moi c’est bizarre, parce que quand une personne parle à un avocat, où peut être la menace ou le problème ?» s’est encore exclamé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à Bruxelles ce 12 juillet. «Je n’étais pas au courant de ces événements, je l’ai appris à la télévision», a-t-il dit. «Il est effarant que des gens sérieux fassent d'un rien une montagne», s’est enfin étonné le diplomate russe.

Lire aussi : «Où sont les gardiens du temple ?» : un présentateur de Fox News dénonce la partialité des médias US

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.