En Asie des musulmans appellent à boycotter Starbucks pour son soutien à l'«acte vil» du mariage gay

En Asie des musulmans appellent à boycotter Starbucks pour son soutien à l'«acte vil» du mariage gay© Reuters
Des clients attablés à la terrasse d'un Starbucks Café à Jakarta

Des mouvements politiques conservateurs d'Indonésie et de Malaisie ont appelé les musulmans à ne plus acheter chez la chaîne américaine en raison de son soutien au mariage gay et à la «communauté LGBT».

Une organisation politique musulmane de Malaisie a appelé officiellement les musulmans du pays à boycotter les produits Starbucks. Sans avoir cité de propos en particulier, le mouvement Pribumi Perkasa, réputé ultra-conservateur, reprocherait à la marque de soutenir le mariage gay et la «communauté LGBT». Le mouvement fait référence à des déclarations de son président, Howard Schultz, qui en 2012 avait du faire face à de vives critiques pour ses prises de position pro LGBT.

En Indonésie, l'organisation musulmane appelée Muhammadiyah, qui revendique 30 millions de membres, a quant à elle demandé au gouvernement indonésien de supprimer les licences d'exploitation accordées à la chaîne de cafés. Ils accusent notamment Starbucks de promouvoir des valeurs qui menacent les fondements religieux et culturels de l'Indonésie. Anwar Abbas, un des leaders de l'organisation aurait ainsi déclaré à Reuters : «Si Starbucks ne fait que du commerce, ça va. Mais qu'ils ne se mêlent pas d'idéologie.»

Yunahar Ilyas, le vice-président du Conseil indonésien des oulémas, l'institution musulmane suprême n'a, quant à lui, pas mâché ses mots : «Il est très clair que Starbucks soutient cet acte vil qui est absolument contraire à l'islam, c'est même une forme de violation des Droits de l'homme dans le fait que cela va permettre l'extinction de l'humanité», a-t-il déclaré le 1er juillet au site Tribunnews.com.

En 2012, Starbucks avait ouvertement soutenu l'approbation par référendum du mariage gay dans l'Etat de Washington, une prise de position qui lui avait déjà valu à l'époque des appels au boycott. Howard Schultz, à l'époque PDG de la société avait maintenu sa position, répliquant en 2013 à un investisseur qui lui reprochait la baisse du chiffre d'affaire engendrée que toute décision n'était pas économique. Il avait triomphalement ajouté sous les applaudissements de l'assemblée : «Vous êtes libre de vendre vos actions Starbucks et d'en acheter d'autres sociétés.»

Cette fois-ci Starbucks cherche l’apaisement. La société qui gère la marque en Indonésie a rappelé dans un communiqué qu'elle respectait la réglementation et qu'elle «appréciait les valeurs culturelles de l'Indonésie». 

Lire aussi : L'homosexualité et l'adultère seront désormais bannies des vidéos en ligne en Chine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.