Mohamed VI accepte que le Maroc accueille 13 familles de réfugiés syriens «à titre exceptionnel»

- Avec AFP

Mohamed VI accepte que le Maroc accueille 13 familles de réfugiés syriens  «à titre exceptionnel»© Umit Bektas Source: Reuters
Deux réfugiés syriens marchent le long de la barrière du camp de réfugiés de Nizip en Turquie (illustration)

Après avoir d'abord refusé l'accueil de familles syriennes bloquées à la frontière avec l'Algérie, les autorités marocaines ont finalement accepté de prendre en charge ces réfugiés sur ordre royal.

Les autorités marocaines ont accueilli le 21 juin treize familles de réfugiés syriens, coincées depuis deux mois dans la zone frontalière maroco-algérienne, a indiqué à l'AFP un responsable gouvernemental.

Le Maroc a annoncé qu'il allait procéder, sur instruction du roi Mohammed VI, au traitement immédiat de la situation d’un groupe de 13 familles syriennes, en vertu de «considérations humanitaires» et à «titre exceptionnel», après avoir d'abord refusé de les accueillir.

Fin avril, les autorités marocaines avaient accusé l'Algérie voisine d'avoir expulsé vers sa frontière ce groupe de Syriens se trouvant «dans une situation très vulnérable», pour provoquer des troubles et «générer un flux migratoire incontrôlable».

Le responsable marocain, interrogé par l'AFP, a précisé que ces réfugiés syriens «pourront demander l'asile ou régulariser leur situation», avant d'ajouter qu'ils avaient été transportés dans la ville de Figuig et qu'ils seront ensuite acheminés vers la ville d'Oujda, plus au nord. 

Côté algérien, les autorités avaient de prime abord annoncé leur intention d'accueillir ces réfugiés à titre «humanitaire». Mais cette opération n'avait finalement pas eu lieu, malgré le déplacement à la frontière d'une délégation du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et du Croissant-Rouge algérien (CRA). 

Emmanuel Macron sollicité 

Lors de la visite d'Emmanuel Macron au Maroc en juin 2017, 25 associations de France et du Maghreb avaient appelé le président français à trouver une solution au sort «dramatique» de ces réfugiés, mais c'est finalement le Maroc qui a pris l'initiative de l'accueil. 

La frontière terrestre entre le Maroc et l'Algérie est fermée depuis 1994, et les deux voisins entretiennent des relations très difficiles, en particulier autour de la question du Sahara occidental. Cette rivalité s'est encore exacerbée après le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), début 2017. Après avoir modifié une première fois leur politique migratoire en 2013, les autorités marocaine ont lancé en 2016 une deuxième campagne de régularisation, destinée principalement aux personnes originaires d'Afrique sub-saharienne présentes sur leur territoire.

Lire aussi : Bruxelles menace de sanctions les pays de l'UE n'accueillant pas de réfugiés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.