Maison divisée : Israéliens et Palestiniens vivent sous le même toit, séparés par un mur de briques

Maison divisée : Israéliens et Palestiniens vivent sous le même toit, séparés par un mur de briques
Capture d'écran d'une vidéo de RT
Suivez RT France surTelegram

Les divisions entre les Palestiniens et les Israéliens ne sont pas si évidentes comme dans une maison dans la ville d’Hébron. Les deux familles y vivent séparées par un mur de briques, leurs vies sont aussi distantes que les deux nations.

Hébron est la seule ville de Cisjordanie qui n’est pas retourné entièrement sous le contrôle des autorités palestiniennes. Par conséquent, environ 20% de la ville est gérée par l’administration israélienne. Le secteur abrite plusieurs centaines de colons israéliens concentrés dans la vieille ville ainsi que le déclin dans la population des milliers des Palestiniens qui sont détenus séparément de leurs voisins par l’armée israélienne.

La correspondante de RT Paula Slier a visité une maison dans la vieille ville d’Hébron où une famille palestinienne et une famille israélienne vivent ensemble ou, plutôt sous le même toit, leurs deux logements étant séparés par un simple mur de briques.

Maison divisée : Israéliens et Palestiniens vivent sous le même toit, séparés par un mur de briques
La correspondante de RT visite cette maison

«A l’époque je les connaissais, il y avait beaucoup de problèmes», a dit Batya mère d’une famille de colons israéliens à propos de ses voisins. «J’ai dû appeler la police à plusieurs reprises, même l’armée. Les Palestiniens essayaient de s’approcher de nous, de s’introduire dans les maisons par le toit, par les fenêtres. C’était très stressant».

Maison divisée : Israéliens et Palestiniens vivent sous le même toit, séparés par un mur de briques
Le mur qui sépare les deux familles, capture d'écran d'une vidéo de RT

Sa voisine derrière le mur ne sait rien à propos de la vie qu’elle mène. «Je ne sais rien sur leurs vies. Ils vivent ici. Je ne sais rien d’autre», a-t-elle dit.

Apparemment, la seule chose que les familles partagent, c’est la vue depuis le toit alors qu’il n’y a aucun échange entre eux, a rapporté Paula Slier. Et ce qu’ils voient le plus souvent, c’est la forte présence policière dans le quartier, ce qui indique que cet endroit n’est pas en paix.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix