Les Etats-Unis frappent à nouveau des forces pro-gouvernementales en Syrie et abattent un drone

Les Etats-Unis frappent à nouveau des forces pro-gouvernementales en Syrie et abattent un drone© Hamad I Mohammed / Reuters
Image d'illustration

Deux jours après un bombardement sur des forces alliées au gouvernement syrien, vivement dénoncé par Damas et Moscou, Washington a annoncé avoir effectué de nouvelles frappes près d'une zone de désescalade en Syrie.

Cité par l'agence de presse Reuters, Ryan Dillon, porte-parole de l’opération américaine Inherent Resolve menée dans le cadre de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie, a rapporté le 8 juin que les forces américaines avaient abattu un drone des forces alliées au gouvernement syrien.

Le responsable américain a assuré que l'appareil avait été détruit après que celui-ci a ouvert le feu contre des forces de la coalition près d'une zone de désescalade dans le sud de la Syrie. Il a ajouté qu'il n'y avait aucune victime du côté de la coalition.

Le porte-parole du département d’Etat américain Heather Nauert a déclaré le 8 juin lors d’une conférence de presse que la frappe aérienne américaine avait été effectuée dans les intérêts des Etats-Unis et la défense de leur sécurité. «La coalition se concentre pleinement sur sa priorité urgente - vaincre Daesh - mais est également prête à se défendre face à l’avancée des forces pro-gouvernementales sur les positions de la coalition à Al-Tanaf. C’est pourquoi nous n'estimons pas que cet incident constitue une escalade de la situation», a-t-elle affirmé.

Plus tôt, Ryan Dillon avait fait savoir sur Twitter : «Les Etats-Unis ont mené des frappes contre des véhicules techniques dont nous avons estimé qu’ils menaçaient les forces de la coalition de la garnison d'Al-Tanaf.»

«Aujourd'hui a été menée la troisième série de frappes cinétiques [utilisant des munitions ne contenant pas d'explosif] conduites par les Etats-Unis en réponse aux menaces contre les forces de la coalition opérant près d'Al-Tanaf», avait-il également tweeté.

«La coalition ne cherche pas à combattre le régime syrien ou les forces pro-régime mais nous restons prêts à nous défendre contre toute menace», a assuré Ryan Dillon.

Le 6 juin, une frappe de la coalition menée par Washington près d'Al-Tanaf, visant des forces alliées du gouvernement syrien, avait été vivement dénoncée par Damas et Moscou.

Des forces spéciales américaines et britanniques sont présentes depuis plusieurs mois à Al-Tanaf pour entraîner les forces syriennes locales.

Dans un rayon de 55 kilomètres autour de cette ville du sud de la Syrie, la coalition a établi une «zone de désescalade», où toute intrusion est considérée comme une menace.

Lire aussi : La coalition menée par Washington frappe des forces pro-Assad dans une zone de désescalade

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.