Le gouvernement Merkel décide du retrait des troupes allemandes de la base turque d'Incirlik

Le gouvernement Merkel décide du retrait des troupes allemandes de la base turque d'Incirlik© Tobias Schwarz Source: Reuters
Des avions allemands sur la base militaire d'Incirlik, en Turquie

L'exécutif allemand a donné le feu vert au retrait des effectifs de la Bundeswehr de la base aérienne turque d'Incirlik. Le Parlement doit encore approuver la fin de la mission allemande sur place. 

Dans un contexte de tensions entre l'Allemagne et la Turquie concernant le refus d'Ankara d'ouvrir sa base aérienne d'Incirlik à des députés allemands, le gouvernement d'Angela Merkel a décidé de retirer les troupes allemandes participant à la coalition internationale contre Daesh depuis cette base. 

Environ 280 soldats de la Bundeswehr, ainsi que plusieurs avions allemands de combat Tornado utilisés pour des missions de reconnaissance en Syrie sont actuellement stationnés à la base d'Incirlik. Ils seront redéployés en Jordanie.  

En conséquence, l'Allemagne devra suspendre pendant deux mois les vols de ses appareils de reconnaissance, le temps qu'ils soient opérationnels à Azraq, près de la frontière syrienne. Les missions de son avion de ravitaillement en vol seront, elles, interrompues pendant deux à trois semaines, relève l'agence DPA, citant des sources gouvernementales.

Lire aussi : Des députés du Bundestag demandent le retrait des forces allemandes d'une base militaire turque

La décision du retrait allemand intervient après l'échec, durant le week-end du 5 juin, d'une mission de conciliation en Turquie du ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel.

Celui-ci voulait convaincre Ankara de laisser des parlementaires allemands visiter la base, ce à quoi le gouvernement turc s'oppose.

Ankara a justifié sa position en accusant Berlin d'avoir accordé l'asile politique à des ressortissants turcs, dont des militaires, accusés par le président Recep Tayyip Erdogan d'être liés à la tentative de putsch de juillet 2016.

Ce conflit n'est que le dernier d'une longue série empoisonnant les relations germano-turques depuis plus d'un an.   

Lire aussi : Ankara ne veut pas de députés allemands sur la base de l'OTAN à Incirlik, en Turquie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales