Un Suisse condamné par la justice pour avoir «aimé» un commentaire diffamatoire sur Facebook

Un Suisse condamné par la justice pour avoir «aimé» un commentaire diffamatoire sur Facebook Source: Reuters

Un tribunal suisse a estimé que la mention «j'aime» sur le réseau social Facebook équivalait à une approbation de l'utilisateur, condamnant un homme qui avait réagi à un commentaire qualifiant un militant politique d'«antisémite» et de «raciste».

Le 29 mai dernier, un Zurichois de 45 ans a été condamné à une peine avec sursis de 40 jours amendes à 100 francs suisses (environ 3 665 euros au total) pour avoir «aimé» un commentaire jugé diffamatoire sur Facebook. L'auteur dudit commentaire qualifiait Erwin Kessler, président de l'Association contre les «usines d'animaux» de «raciste» et d'«antisémite». Ce dernier a en effet été condamné en 1998 pour violation de la loi contre le racisme en raison de son engagement contre l'interdiction de l'abattage rituel.

Au cours d'un débat houleux entre défenseurs de la cause animale auquel il participait en ligne, l'homme avait apposé la mention «j'aime», proposée par Facebook à ses utilisateurs pour témoigner leur intérêt pour des publications précises, sur six commentaires, dont celui incriminé. Cette démarche a été jugée suffisante par le juge pour établir que l'homme «propageait un jugement de valeur en l'approuvant». «Un avis positif est lié à un "like"», a-t-il expliqué, rapporte le Tagesanzeiger

Un jugement similaire avait déjà été rendu par le tribunal de Münchwilen au mois de février, dans une affaire impliquant également Erwin Kessler. Pour autant, ces condamnations ne devraient pas établir une jurisprudence systématique, selon Martin Steiger, avocat spécialiste des médias cité par le Tagesanzeiger. «Il existe en effet de la marge entre la signification d'un "like" et ce que veut dire son utilisateur», assure-t-il. Il rappelle également qu'Erwin Kessler «est connu pour vouloir réduire au silence tout débat sur sa personne, bien qu'il soit une personnalité publique», et que ces deux affaires pourraient donc faire figure d'exception en raison de la personnalité quelque peu procédurière du plaignant.

Lire aussi : Berlin et Facebook s'affrontent sur la censure des «fake news» et des incitations à la haine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»