Emmanuel Macron : «Beaucoup de problèmes internationaux ne peuvent être résolus sans la Russie»

Emmanuel Macron : «Beaucoup de problèmes internationaux ne peuvent être résolus sans la Russie»© Stéphane de Sakutin / AFP
Le président français Emmanuel Macron s'est exprimé en marge de la venue du chef d'Etat russe Vladimir Poutine à Paris le 29 mai

Avant la venue du président russe au château de Versailles et alors que le G7 n'exclut pas de renforcer les sanctions contre Moscou, le président de la République a insisté sur la nécessité d’un dialogue «exigeant» sur l'Ukraine ou la Syrie.

«Beaucoup de problèmes internationaux ne peuvent être résolus sans la Russie», a déclaré Emmanuel Macron, cité par l’agence de presse russe TASS, en conférence de presse le 27 mai.

Le président français, qui s’exprimait à l’issue du sommet du G7 à Taormine, a en outre souligné : «J'aurai un dialogue exigeant avec la Russie.»

La Syrie et l’Ukraine sur la table

Emmanuel Macron a précisé qu’il évoquerait notamment la Syrie et l’Ukraine avec le président russe Vladimir Poutine, lors de sa venue à Paris, le 29 mai.

A propos du conflit syrien, il a jugé nécessaire de parler avec la Russie afin de «construire de manière beaucoup plus collective une solution politique inclusive».

Le président de la République s’est par ailleurs dit favorable à la tenue prochaine d'un sommet réunissant l’Ukraine, la Russie, la France et l’Allemagne, afin d'évoquer la crise en Ukraine. «Il est nécessaire d’avancer dans la mise en œuvre des accords de Minsk», a-t-il ajouté.

Macron favorable aux sanctions, comme le G7

Le chef de l’Etat français s’est néanmoins dit favorable au maintien des sanctions imposées à la Russie, en raison de son rôle présumé dans la crise ukrainienne.

Ces sanctions contre la Russie, qui a toujours formellement démenti être partie prenante au conflit, tout en soulignant son implication dans les accords de Minsk, ont d’ailleurs été abordées lors du G7 des 26 et 27 mai.

Tout en appelant à maintenir ces mesures punitives et en menaçant Moscou d’en décréter de nouvelles, les dirigeants des sept pays les plus industrialisés de la planète ont souligné l’importance d’une possible coopération avec la Russie sur des questions internationales comme le terrorisme.

Politique et histoire au menu de la rencontre

Le 29 mai, le président russe, convié par son homologue français, sera reçu au palais de Versailles. Les hommes doivent se retrouver en tête-à-tête, avant de déjeuner avec leurs délégations respectives. A l’issue du repas, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron donneront une conférence de presse conjointe. Enfin, la journée s’achèvera, par une visite de l'exposition retraçant la visite historique effectuée en 1717 par le tsar Pierre le Grand en France, au Grand Trianon. C’est d’ailleurs à ce titre que Vladimir Poutine a officiellement été convié, selon un communiqué de presse de l'Elysée annonçant sa visite.

Depuis sa rencontre en juin 2012 avec le prédécesseur d’Emmanuel Macron, François Hollande, le président russe est revenu plusieurs fois en France, mais uniquement pour des rendez-vous multilatéraux. Le dernier en date était la conférence sur le climat, la COP21, en novembre 2015.

Lire aussi : «Avec chaque président français, les relations franco-russes n'ont fait que se dégrader»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.