Erreur de traduction ? «Les Allemands sont mauvais», aurait dit Donald Trump aux dirigeants de l'UE

Erreur de traduction ? «Les Allemands sont mauvais», aurait dit Donald Trump aux dirigeants de l'UE© Mandel Ngan / AFP
Le président Donald Trump serre la main du chef de la politique étrangère de l'UE Federica Mogherini au cours d'une rencontre avec des responsables de l'UE, en marge du sommet de l'OTAN à Bruxelles le 25 mai 2017.
Suivez RT France surTelegram

Le président des Etats-Unis, qui n'avait pas été particulièrement tendre avec Angela Merkel lors de sa campagne, a lancé une nouvelle salve contre l'Allemagne (et ses ventes de voitures aux Etats-Unis) lors d'une rencontre à Bruxelles.

«Les Allemands sont mauvais, très mauvais», aurait lancé Donald Trump le 25 mai, selon le magazine Der Spiegel, lors de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, celui du Conseil européen, Donald Tusk, ainsi que d'autres hauts responsables de l'Union européenne (UE) à Bruxelles.

«Regardez les millions de voitures qu'ils vendent aux Etats-Unis. Horrible. Nous allons mettre un terme à ça», aurait-il ajouté, d'après le témoignage de participants à la rencontre, fourni par la publication allemande.

C'est alors que Jean-Claude Juncker serait intervenu, toujours selon les mêmes sources afin de défendre la politique allemande, en assurant que le libre-échange profitait à tous. 

Juncker prône l'erreur de traduction, Berlin réagit

Après la révélation du magazine allemand, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a tenu à nuancer certains propos, rapporte l'AFP.

«Il n'est pas vrai que le président [américain] a eu une approche agressive. C'est un problème de traduction. Il n'a pas dit que les Allemands se comportaient mal, il a dit qu'il y avait un problème. Ce n'était pas agressif», a-t-il assuré lors d'une conférence de presse avant l'ouverture du sommet du G7 à Taormine, en Sicile.

Le gouvernement allemand a lui aussi réagi par la voix de son porte-parole Georg Streiter, cité par Reuters. «Un excédent commercial n’est ni bien, ni mal. C’est le résultat de l’interaction de l’offre et de la demande sur les marchés mondiaux», s’est-il défendu.

La Maison Blanche n'a pour sa part pas commenté dans l'immédiat les affirmations du Spiegel

Avant son accession à la Maison Blanche, Donald Trump s'en était déjà pris à l'Allemagne et à Angela Merkel. Fidèle à son discours anti-libre-échange, il avait été particulièrement critique vis-à-vis des excédents commerciaux allemands, menaçant d'instaurer des taxes douanières.

Le président américain et la chancelière allemande doivent se rencontrer le 26 mai, au sommet du G7 en Sicile.

Lire aussi : Malaise autour de la première poignée de main entre Donald Trump et Emmanuel Macron (IMAGES)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix