«Blue Whale challenge» : trois jeunes Russes sauvent une adolescente de la noyade (VIDEO)

«Blue Whale challenge» : trois jeunes Russes sauvent une adolescente de la noyade (VIDEO)© Capture d'écran du site : www.rt.com / © Денис Петлюченко / YouTube
La situation aurait pu virer au drame sans l'intervention courageuse de trois jeunes Russes

Trois jeunes Russes ont risqué leurs vies pour porter secours à une adolescente ayant sauté dans une rivière afin de réaliser son «Blue Whale challenge» («défi de la Baleine bleue»), une série de défis allant jusqu'à pousser certains au suicide.

C’est la dernière affaire sordide provoquée par le «Blue Whale challenge» en date. Cette fois, heureusement, l’issue n’a été fatale. Comme le rapporte le site Kavkazsky Uzel, une jeune russe adepte du jeu de défis sévissant sur le web et poussant certains au suicide a sauté le 20 mai dans une rivière de la République de Kabardino-Balkarie dans le Caucase. Très agité, le cours d’eau aurait emporté l’adolescente sans l’intervention de trois courageux jeunes hommes.

Acte héroïque contre acte désespéré

Une vidéo de la scène montre le groupe d’amis s’adresser à la jeune fille avant qu’elle ne saute dans la rivière : «Stop. Ne bouge pas. Attends.»

Ignorant leurs appels, l’adepte du «Blue Whale challenge» s’est jetée à l’eau. Ils sont alors intervenus afin de la tirer sur le rivage.

Auteur: Денис Петлюченко

La jeune fille a confié aux secours avoir agi de la sorte afin de relever un défi du sinistre jeu. Lorsqu'il lui a été demandé si elle était consciente du fait qu'elle aurait pu mourir, elle s’est contentée de répondre «oui» et s’est mise à rire.

A l'en croire, c'est la poussée d'adrénaline suscitée par ce jeu qui l'a poussée elle a réaliser le «Blue Whale challenge».

Examiné par les secours, la jeune fille va bien. Une enquête a été ouverte.

Le «Blue Whale challenge» fait des ravages en Russie. Il y a quelques jours, une autre tentative de suicide, dans la République d’Ingouchie, avait également pour cadre le jeu mortel. Dans la ville de Karbulak, la police a réussi à sauver une jeune fille de 12 ans.

La police française met en garde

Plusieurs pays d’Europe de l’Ouest ont également été touchés par la vague du «Blue Whale challenge». Dans l'Hexagone, la police a mis en garde, sur les réseaux sociaux, contre les risques que présente ce jeu poussant les jeunes à relever pendant 50 jours des défis chaque fois plus dangereux jusqu'à la dernière étape : le suicide.

«Depuis le début du mois de mars, un nouveau jeu dangereux fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Afin d'éviter que "le défi de la baleine bleue" ne fasse de victimes en France, il est important d'agir préventivement», ont expliqué les autorités dans un communiqué diffusé sur internet.

Inspiré d'une croyance populaire selon laquelle les baleines bleues sont capables de se suicider en s'échouant sur les plages, le «Blue Whale challenge» propose à ses adeptes d'accomplir des défis, du plus simple comme dessiner une baleine sur une feuille, à des plus effrayants comme de se scarifier le bras ou la cuisse pour y faire apparaître une baleine, insulter ses parents, se couper les lèvres...

Le principe du dernier défi : se jeter d'un toit ou sous un train par exemple.

Montrant la photo d'une peau sur laquelle on aurait gravé en lettres de sang «#bluewhalechallenge», la police affirme qu’«aucun défi ne mérite de risquer sa vie. En cas d'urgence, appelez le 17».

Précisant qu'en France, à ce jour, «seuls quelques cas isolés d'adolescents participant à ce jeu mortifère ont été recensés et aucun cas mortel n'a été répertorié», la police précise que le «phénomène requiert la plus grande vigilance du fait de cas mortels recensés à l'étranger».

La police rappelle que ce «jeu» vient de Russie, qu'il cible les 12-15 ans sur les réseaux sociaux et qu'il «s'agit d'une forme de cyber-harcèlement»: «Enrôlés par un "parrain" ou "tuteur", les adolescents entrent dans une spirale de 50 défis de risque croissant (privation de sommeil, écoute de musiques violentes, scarifications) dont l'ultime étape conduit au suicide.»

«Au fur et à mesure des défis, les parrains exercent une influence de plus en plus importante pouvant aller jusqu'aux menaces de mort», poursuit le communiqué.

Enfin, la police nationale rappelle que «la provocation au suicide est punie par la loi (cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende)».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales