2 000 personnes évacuées d'un quartier rebelle : l'armée syrienne raffermit son contrôle sur Damas

- Avec AFP

2 000 personnes évacuées d'un quartier rebelle : l'armée syrienne raffermit son contrôle sur Damas© Bassam Khabieh Source: Reuters
La mosquée du quartier de Qaboun à Damas, le 13 mai

Les troupes de Bachar el-Assad gagnent du terrain dans la capitale syrienne qui ont repris Qaboun, un des derniers bastions rebelles de Damas, d'où 2 000 combattants ainsi que leurs familles ont été évacués.

Plus de 2 000 civils et insurgés ont été évacués le 14 mai du quartier rebelle de Qaboun à Damas, ont annoncé des médias d'Etat syriens, rapprochant encore davantage le gouvernement de son objectif d'éradiquer toute présence rebelle dans la capitale.

«La première phase de l'accord dans le quartier de Qaboun est terminée avec la sortie de 2 289 personnes, dont 1 058 hommes armés» a affirmé le gouverneur de la ville de Damas, Bechr Assaban, cité par l'agence de presse syrienne Sana. L'évacuation a pour objectif «de mettre fin à toute présence armée dans le quartier», a-t-il ajouté. Un correspondant de l'AFP à l'intérieur de Qaboun a confirmé avoir vu dix bus transportant des rebelles ainsi que leurs familles.

Depuis le 10 mai, les troupes gouvernementales avancent dans Qaboun et sont parvenues le 13 mai à «encercler des dizaines d'hommes armés et à les contraindre à se rendre et à déposer les armes», a précisé une source des forces de défense nationale (FDN). Les gravats jonchant les rues et les débris d'immeubles détruits par des bombardements illustrent la violence des combats. Dans son offensive, l'armée arabe syrienne a découvert un tunnel qui était utilisé comme principale ligne d'approvisionnement par les groupes rebelles opérant dans la banlieue de Damas.

Auteur: Al-Masdar News

Après avoir perdu de vastes régions face à l'armée gouvernementale, les rebelles se sont vus contraints de signer des accords d'évacuation. Le 13 mai déjà, plus de 1 200 civils et insurgés avaient quitté les quartiers de Barzé et Techrine à Damas, et pris la direction de la province d'Idleb.

Lire aussi : Après l'attentat meurtrier de Rachidine, l'évacuation de localités assiégées en Syrie a repris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales