Après les cyberattaques, le G7 veut s'engager dans la lutte contre la menace informatique

Après les cyberattaques, le G7 veut s'engager dans la lutte contre la menace informatique Source: Reuters
Plus de 75 000 cyberattaques ont été commises le 12 mai dans le monde (Photographie d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Une vague de cyberattaques a frappé plus de 70 pays au moment où la cybersécurité figure à l'agenda du G7, dont les ministres des Finances sont réunis en Italie. Ils doivent justement y discuter des moyens économiques de faire face à ce phénomène.

Les ministres des Finances des pays du G7, actuellement réunis à Bari, en Italie, ont annoncé ce 13 mai qu'ils allaient discuter d'une coopération pour combattre la «menace croissante» que représentent les cyberattaques. Cette annonce intervient alors que des attaques informatiques massives ont été lancées le 12 mai un peu partout dans le monde.

«Nous reconnaissons que les attaques internet représentent une menace croissante pour nos économies : des réponses appropriées et d'ordre économique sont nécessaires», est-il écrit dans un projet de déclaration commune que s'est procuré l'agence Reuters. Si ces mesures ne sont pas détaillées, les risques que font peser ces attaques sur les marches financiers est directement évoqué. 

Le document, qui doit encore faire l'objet de modifications avant d'être validé par les ministres des Finances et les présidents des banques centrales des pays membres du G7, devrait être rendu public le 14 mai. Néanmoins, le thème de la cybersécurité figurait déjà à l'agenda du G7 avant les cyberattaques du 12 mai. Le ministre des Finances italien, Pier Carlo Padoan, a reconnu devant les journalistes de l'agence Reuters que la rencontre était donc malheureusement «totalement d'actualité».

Plus de 75 000 attaques informatiques ont été détectées à travers le monde dans la journée du 12 mai, selon l'entreprise de cybersécurité Avast. Cette vague serait le fait d'un ransomware, ou rançonlogiciel, un type de virus qui infecte des documents informatiques et réclame ensuite de l'argent à leur utilisateur pour les débloquer. Répondant au nom de WannaCry, le logiciel est également connu sous d'autres appellations, comme WCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt ou Wana Decrypt0r.

Hôpitaux, administrations, entreprises... Au total, ce sont pas moins de 74 pays à travers le monde qui ont été affectés par cette attaque informatique internationale. La Russie, l'Ukraine et Taiwan comptent parmi les pays les plus touchés, selon Avast, même si des organisations en Australie, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et au Mexique ont également été prises pour cible, selon des analystes. Dans l'Hexagone, le constructeur automobile français Renault a reconnu avoir été affecté par ces attaques.

Lire aussi : Des hôpitaux ciblés par des cyber-attaques au Royaume-Uni

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix