Condoleezza Rice : «Nous ne sommes pas allés en Irak pour apporter la démocratie»

Condoleezza Rice : «Nous ne sommes pas allés en Irak pour apporter la démocratie» Source: Reuters
L'ex-secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice
Suivez RT France surTelegram

Conseillère nationale à la sécurité de George Walker Bush lors de l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis en 2003, Condoleezza Rice a rappelé que les motivations officielles de cette intervention étaient d'ordre sécuritaire.

«Nous ne sommes pas allés en Irak pour apporter la démocratie», a déclaré sans ambages Condoleezza Rice le 11 mai, lors d'une conférence du think-tank Brookings Institution à Washington. Elle a ensuite poursuivi : «Nous avons été en Irak [en 2013] pour renverser Saddam Hussein, dont nous pensions qu'il constituait un arsenal d'armes de destruction massive et dont nous savions qu'il était une menace dans la région. C'était un problème de sécurité.»

Apporter la démocratie en Afghanistan en 2011 ne faisait pas non plus partie des objectifs des Etats-Unis, a confié l'ex-secrétaire d'Etat américaine, déclarant : «Nous avons renversé [les Talibans] car ils ont abrité al-Qaïda après le 11 septembre.»

«La décision de préconiser ou non un Irak post-Saddam ou un Afghanistan post-Taliban qui soit démocratique était une décision distincte», a-t-elle argumenté.

Conseillère nationale à la sécurité entre 2001 et 2005, Condoleezza Rice a ajouté : «Je n'aurais jamais dit au président [George W.] Bush : "Utilisez la force militaire pour apporter la démocratie en Irak et en Afghanistan !"»

Armes de destruction massive et lutte antiterroriste : les motifs officiels

En 2003, le président Bush avait justifié sa décision d'envahir l'Irak en accusant son dirigeant, Saddam Hussein, de détenir des armes de destruction massive et de coopérer avec les terroristes ayant réalisé les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Pourtant, les Américains n'y ont jamais retrouvé ces prétendues armes de destruction massives. L'hypothèse d'une coopération entre l'ancien dirigeant irakien et les terroristes du 11 septembre n'a, elle non plus, été démontrée par aucune preuve.

De plus, la contribution que cette opération aurait apportée à la paix dans la région est particulièrement contestée depuis l'émergence et le développement du groupe terroriste Etat islamique (EI), ces dernières années. Dans ses mémoires publiés fin 2016, Debriefing The President : The Interrogation Of Saddam Hussein, John Nixon, un ancien membre de la CIA, a par exemple écrit : «Un groupe comme Daesh n'aurait certainement pas pu connaître sous le régime répressif [de Saddam Hussein] un succès du même type que celui qu'il a connu sous le gouvernement de Bagdad, dirigé par les chiites.»

«En dépit de la brutalité de son régime, seul un homme à poigne tel que [Saddam Hussein] pouvait tenir un Etat multiethnique comme l'Irak», expliquait encore celui qui a personnellement interrogé l'ex-chef de l'Etat irakien en 2003.

Lir aussi : Vengeance et pétrole : «La guerre en Irak était la solution pour éviter d'instaurer une démocratie»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix