Un blogueur russe écope de prison avec sursis pour des vidéos jugées insultantes et extrémistes

Un blogueur russe écope de prison avec sursis pour des vidéos jugées insultantes et extrémistes
Le blogueur russe à la sortie de son jugement le 11 mai 2017, photo ©REUTERS/Alexei Kolchin

Arrêté en août 2016 après avoir chassé des Pokémons dans un lieu saint, ce qui lui avait valu d'être accusé de blasphème par l'Eglise orthodoxe, un jeune YouTubeur a été condamné pour une série de vidéos au ton délibérément provocateur.

Un tribunal d'Ekaterinbourg, dans l'Oural, a condamné Rouslan Sokolovski, un blogueur russe de 22 ans, à trois ans et demi de prison avec sursis, le 11 mai, pour «incitation à la haine et insulte à l'égard des sentiments religieux des croyants».

Le média russe RBC précise que le jeune YouTubeur était jugé pour 17 vidéos diffusées sur internet entre mai 2013 et septembre 2016. Parmi celles-ci, plusieurs, diffusées sur sa chaîne, affichent des titres pour le moins provocateurs tels que «Patriarche Kyrill, t'es une p***», «Je suis raciste», ou encore «Je suis allé dans l'espace, y'a pas de Tchétchènes là-bas».

Au cours de l'énoncé, la juge Ekaterina Choponiak a estimé que le jeune homme était responsable de déclarations «irrespectueuses envers la société» et d'actes «extrémistes».

Parmi les vidéos incriminées, l'une, postée le 11 août 2016 sur YouTube et visionnée plus de 1,9 million de fois, le montrait en train de jouer à Pokémon Go sur son smartphone dans la cathédrale d'Ekaterinbourg.

Athée revendiqué, le jeune homme s'était dit outré après avoir vu une émission télévisée russe dans laquelle il était dit que capturer des Pokémons dans une église était juridiquement condamnable.

En réaction à ces propos, il s'était filmé, durant un office, en train d'attraper les créatures virtuelles dans l'édifice construit sur les lieux de l'exécution du dernier tsar de Russie Nicolas II et de sa famille. Comme bande-son, il avait choisi une musique reprenant une fausse prière ponctuée de jurons. L'Eglise orthodoxe russe l'avait accusé de blasphème, et les autorités l'avaient interpellé, durant l'été 2016, à cause de cette performance.

Après le verdict, un porte-parole de l'Eglise orthodoxe, Serapion Mitko, a déclaré à l'agence de presse russe RIA Novosti qu'il espérait que Rouslan Sokolovski tirerait «les bonnes conclusions» de sa condamnation.

Lire aussi : Après un an de fermeture, le site Pornhub de nouveau partiellement autorisé en Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.