Trump et Abbas expriment leur optimisme à l'idée d'obtenir un accord de paix historique avec Israël

Trump et Abbas expriment leur optimisme à l'idée d'obtenir un accord de paix historique avec Israël© Carlos Barria Source: Reuters
Mahmoud Abbas et Donald Trump

Lors de leur toute première rencontre, le président américain et son homologue palestinien ont exprimé leur optimisme quant à la relance des discussions de paix israélo-palestinienne. Donald Trump n'a néanmoins pas mentionné de solution à deux Etats.

A l'occasion de la première rencontre entre Mahmoud Abbas et Donald Trump, le 4 mai aux Etats-Unis, le président américain a tenu à saluer le rôlé joué par son homologue dans la conclusion de l'accord israélo-palestinien d'Oslo I (en 1993) qui a, selon lui, posé les bases de la paix entre les deux nations. Evoquant l'avenir, le chef de la Maison Blanche a promis de faire tout ce qui serait nécessaire pour aider au rapprochement des Palestiniens et des Israéliens, qui «doivent travailler ensemble afin de parvenir à un accord permettant aux deux peuples de vivre, vénérer [Dieu] et prospérer». 

«J'aimerais être un intermédiaire, un arbitre ou facilitateur» entre les deux peuples, a ajouté Donald Trump.

Le chef d'Etat américain a néanmoins prévenu les Palestiniens qu'il ne pourrait y avoir de paix durable s'ils ne parlaient pas d'une seule et même voix et ne s'élevaient pas contre les incitations à la haine et à la violence.

Mahmoud Abbas a également exprimé son optimisme quant à l'obtention d'un accord israélo-palestinien dans un futur proche. Le leader palestinien tient à ce que celui-ci soit basé sur la vision de deux Etats : «Un Etat palestinien avec comme capitale Jérusalem-Est [...] vivant dans la paix et la stabilité avec un Etat d'Israël respectant les frontières de 1967». Une telle solution permettrait selon lui aux Palestiniens de combattre efficacement le terrorisme, et en particulier le «groupe criminel» Etat islamique (EI).

Donald Trump, a ajouté Mahmoud Abbas, pourrait être la clé permettant d'obtenir un «traité de paix historique», grâce à ses «grandes capacités de négociation».

Le président américain n'a toutefois pas fait référence, lors de son allocution, à la solution à deux Etats souhaitée par le président palestinien.

Lire aussi : Le Hamas accepte pour la première fois l'idée d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.