Le Vatican signe son premier traité avec l’Etat de Palestine, Israël fulmine

Le Saint Siège Source: Reuters
Le Saint Siège

L’église catholique a signé le premier traité avec la Palestine, entérinant ainsi sa reconnaissance de l'Etat arabe. L’Israël regrette de son côté cette décision.

Le traité, dont la signature imminente a été annoncée en mai dernier, porte sur les activités de l’Eglise dans les régions contrôlées par les autorités palestiniennes.

Le Vatican espère que ce traité pourra servir de «stimulation à la recherche de la solution finale du conflit israélo-palestinien, entamé de longue date, qui continue à causer des souffrances pour les deux parties», a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Vatican l’archevêque Paul Gallagher.

Le responsable a ajouté qu’il espérait que la solution des deux Etats sera bientôt retrouvée. «Cela demande des décisions courageuses, mais contribuera à la fin à la paix et à la stabilité dans la région», a-t-il indiqué.

Le ministère des Affaires étrangères d’Israël a exprimé ses regrets envers la décision du Vatican. «Cet acte offensif compromet les chances de retrouver un accord de la paix et éloigne encore les dirigeants palestiniens de la possibilité de revenir à des relations bilatérales directes», lit-on dans la déclaration du ministère.

L’accord d’Israël avec le Vatican sur le statut de l’Eglise en Israël est toujours en préparation après 16 ans de négociations. Des problèmes de taxation, d’expropriation et le statut de 20 sites dans le pays empêchent la conclusion d’un accord.

Le Vatican a soutenu en 2012 le vote à l’Assemblée générale de l’ONU, qui a promu la Palestine comme Etat-observateur non-membre. Le Saint Siège a depuis reconnu de facto la Palestine et l’a considérée comme un Etat durant la visite du Pape François sur la Terre sacrée l’année dernière.

En savoir plus : Au grand dam d’Israël, le Vatican reconnaît officiellement la Palestine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales