Passage gratuit seulement pour les riches : des activistes dévoilent la fracture sociale en Suède

Passage gratuit seulement pour les riches : des activistes dévoilent la fracture sociale en Suède© Captude d'écran d'une vidéo de Youtube
Un activiste habillé en une personne pauvre
Suivez RT France surTelegram

Une expérimentation sociale dans les autobus publics de Stokholm a montré l’inégalité flagrante et la discrimination contre les pauvres. Dans cette expérimentation, un acteur habillé en riche et en pauvre essaie de monter dans le bus sans payer.

Une vidéo publiée par le groupe d’activistes STHLM Panda montre les tentatives d'un acteur, Olle Öberg, de monter dans le bus sans avoir d’argent pour payer son ticket. Le comédien a déclaré à RT que l’idée de réaliser une telle expérimentation lui était venue lorsqu’il a vu une personne sans abri être refoulée d'un bus.

Alors qu’il était habillé en homme d’affaires, Öberg a reçu un accueil chaleureux par chacun des conducteurs d’autobus testés, malgré son incapacité de payer le trajet. Les conducteurs se sont montrés bienveillants, en lui proposant de monter ou même de l'aider à chercher son «portefeuille perdu».

Mais la situation a drastiquement changé lorsque l'acteur a fait le même test, mais cette fois habillé en guenilles, prétendant être pauvre ou sans-abri, parfois avec ses possessions dans un sac plastique.

«Tous les conducteurs m’ont refusé l'accès au bus», a raconté Öberg à RT. «Je sentais qu’ils me regardaient avec mépris. En plus, ils se sont montrés méchants».

L’acteur a aussi avoué que se voir constamment rejeté de la sorte lui a causé un impact colossal sur sa confiance en soi, surtout quand on riait de lui. «Un conducteur s'est mis à rire quand je lui ai demandé pourquoi je ne pouvais pas monter. Quand je voyais que tous me refoulaient, ma dignité en a pris un sacré coup. Je n’étais pas du tout respecté !», s'est exclamé Öberg.

L’activiste a toutefois déclaré qu’il n’en voulait pas aux conducteurs d’avoir une telle réaction, mais qu’il était tout simplement «frustré» qu’une telle fracture sociale puisse être observée même dans le domaine des transports publics.

«Tout le monde doit être traité de la même manière, il ne doit pas y avoir de différence aussi flagrante», a-t-il estimé.

La vidéo qui a été visionnée près de 500 000 fois sur Youtube a été réalisée par le groupe STHLM Panda, qui estime que l’indifférence à la dignité humaine est observable partout dans le monde. En soulignant ce problème en Suède, pays connu pour sa tolérance, ils espèrent inciter les gens à se comporter avec respect dans le monde entier.

«Quelqu’un qui est pauvre n’est pas forcément une mauvaise personne. Il est un être humain et doit être respecté, et les gens l’oublient aujourd’hui», estime le groupe.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix