Attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg : le kamikaze est un citoyen russe d’origine kirghize

Attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg : le kamikaze est un citoyen russe d’origine kirghize Source: Reuters

Le Comité d’enquête russe a confirmé que l'auteur présumé de l’attentat du métro de Saint-Pétersbourg, qui a fait 14 morts et 62 blessés, avait été identifié. Il s'agit d'Akbarjon Djalilov, un citoyen russe d'origine kirghize âgé de 22 ans.

«L’enquête a identifié l’homme responsable de l’explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg. Il s’agit d’Akbarjon Djalilov, né le 1er avril 1995», a déclaré la porte-parole du Comité d’enquête russe Svetlana Petrenko.

«De plus, les enquêteurs ont retrouvé les empreintes génétiques d’Akbarjon Djalilov sur la mallette contenant les explosifs laissée à la station Plochtchad Vosstania», a-t-elle poursuivi.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du Comité à la sécurité nationale de la République kirghize, Rakhat Saoulaïmanov, avait déjà fait savoir qu’il était probable que l’auteur de l’attentat qui a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg le 3 avril ait été «un citoyen russe d’origine kirghize». Il avait aussi ajouté que les services kirghizes collaboraient avec leurs homologues russes dans le cadre de l'enquête.

Le 3 avril, en début d'après-midi, une explosion a eu lieu dans un wagon du métro de Saint-Pétersbourg. 14 personnes sont décédées et des dizaines d'autres ont été blessées. La déflagration, éventrant la carcasse de la voiture, s'est produite entre deux stations : Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institut, sur une ligne très fréquentée de la deuxième ville de Russie.

Le Comité d'enquête russe a annoncé avoir ouvert une enquête pour acte terroriste, précisant néanmoins que toutes les autres pistes seraient examinées.

Dans la matinée du 4 avril, le nom d'Akbarjon Djalilov avait déjà été évoqué dans les médias, où il était désigné comme l’auteur présumé de l’attentat. Des photographies permettant de l'identifier ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

D’après un journal en ligne russe, Fontanka, Akbarjon Djalilov résidait depuis six ans à Saint-Pétersbourg. Il avait, au cours cette période, changé plusieurs fois de passeport.

Dans la nuit du 3 au 4 avril, une source des services de sécurité russe citée par RIA Novosti avait affirmé que le «corps d'un ressortissant d’Asie Centrale» avait été retrouvé à l'épicentre de l'explosion, sans pour autant le qualifier de «kamikaze».

Lire aussi : Russie : ce que l'on sait de l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg

Plus tôt, un autre nom, celui d’un citoyen kazakh, Maxime Arichev, né en 1996, avait circulé dans les médias. Mais ces suppositions ont rapidement été démenties par Astana.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»