Les cinq derniers attentats ayant frappé la Russie (IMAGES)

Les cinq derniers attentats ayant frappé la Russie (IMAGES) Source: Sputnik

La ville de Saint-Pétersbourg a été endeuillée, le 3 avril, par une explosion dont les autorités n'excluent pas l'origine terroriste. Ce drame pourrait donc rejoindre la liste des attentats ayant frappé la Russie depuis la fin de la guerre froide.

Le 3 avril, une dizaine de personnes ont été tuées dans une explosion survenue dans le métro de Saint-Pétersbourg et les autorités n'écartent pas la piste terroriste. Au cours de ces dernières années, le pays a d'ailleurs été la cible d'un certain nombre d'attaques, pour la plupart liées à la cause indépendantiste tchétchène ou à l'islamisme radical.

29-30 décembre 2013. Attentats-suicides de Volgograd : 34 morts, 85 blessés

Le 29 décembre 2013, un attentat-suicide a frappé la gare de Volgograd, au sud de la Russie. L'attaque a été perpétrée par une femme, Oksana Aslanova, veuve de deux séparatistes tchétchènes abattus par les autorités russes. La terroriste avait déclenché, aux alentours de midi, une ceinture explosive d'une puissance équivalente à 10kg de TNT.

© Sergei Karpov Source: Reuters
Un trolleybus explose à Volgograd, 14 morts

Le lendemain, le 30 décembre, un kamikaze s'en était pris à un trolleybus de Volgograd. L'homme s'est fait exploser au petit matin, lorsque le véhicule est passé près de supermarchés. Selon les autorités, l'assaillant était un individu identifié sous le nom de Pavel Petchenkine, âgé de 32 ans. Originaire de Voljsk, il avait épousé la cause des islamistes armés du Daghestan en 2012 et avait pris le nom d’Ansar Ar-roussi en se convertissant à l'islam.

Au total 34 personnes ont péri dans ce double-attentat et 85 autres ont été blessées.

21 octobre 2013. Attentat-suicide de l'autobus de Volgograd : 7 morts et 36 blessés 

Deux mois plus tôt, Volgograd avait déjà été frappé par un attentat-suicide. Une islamiste du nom de Naïda Assiyalova s'était faite exploser dans un autobus, aux abords de la ville. Bilan : 7 morts et 36 blessés.

24 janvier 2011. Attentat de l’aéroport international de Domodedovo (Moscou) : 36 morts et environ 180 blessés

Le 24 janvier 2011, un kamikaze a actionné une bombe truffée de fragments de métal au milieu de la foule dans la zone des arrivées de l'aéroport de Domodedovo, à Moscou. L'explosion a fait 36 morts et environ 180 blessés. Des tests ADN ont confirmé que l'auteur de l'attentat-suicide était un ressortissant du Caucase russe, Magomed Evloïev. 

29 mars 2010. Double attentat dans le métro moscovite : 41 morts et 88 blessés

Dans la matinée du 29 mars 2010, alors que les habitants de Moscou se rendaient au travail, deux explosions ont frappé le métro de la capitale : 41 morts et 88 blessés. La première déflagration est survenue à la station Loubianka à 7h56, dans le centre de la capitale russe et à quelques encablures du siège principal du Service fédéral de sécurité (FSB), ex-KGB.

Un peu plus tard, à 8h39, une seconde déflagration a frappé la station Park Koultoury.

Les deux bombes ont été actionnées par des femmes, dont les restes ont été retrouvés. Il s'agissait de Maryame Sharipova, âgée de 28 ans, et de Djannet Abdoullaeva, âgée de 17 ans. Cette dernière était la veuve d'Oumalat Magomedov, le chef de la rébellion islamiste au Daghestan.

Les groupes terroristes du nord Caucase ont revendiqué l’attentat. 

1er-3 septembre 2004. Prise d'otage de Beslan : 334 morts et 783 blessés

Le 1er septembre 2004, des terroristes séparatistes tchétchènes investissent une école de Beslan, en Ossétie du Nord, où ils ont pris en otage un millier d'enfants et d'adultes. Après trois jours de siège, le 3 septembre, une explosion (dont l'origine n'a pas été élucidée) s'est produite dans l'établissement. La détonation provoque un mouvement de panique parmi les enfants, poussant les preneurs d'otage à ouvrir le feu sur ces derniers.

© CRÉDITYURI TUTOV Source: AFP
Des membres des forces de l'ordre russes à l'assaut des preneurs d'otage de l'école du Beslan, le 3 septembre 2004

Les forces spéciales russes sont intervenues. Au total, 334 civils ont été tués (dont 186 enfants) et 783 autres ont été blessés.

Lire aussi : Après l'explosion du métro de Saint-Pétersbourg, les politiques présentent leur condoléances

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.