La coalition occidentale contre Daesh reconnaît 229 victimes civiles en Syrie et en Irak depuis 2014

- Avec AFP

La coalition occidentale contre Daesh reconnaît 229 victimes civiles en Syrie et en Irak depuis 2014© Andres Martinez Casares
Mossoul, avril 2017

Le 1er avril, le commandement de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis (CJTF) contre le Daesh a fait savoir par communiqué que ses bombardements avaient fait 229 victimes civiles «probables» depuis le début de son offensive en 2014.

Le 1er avril, la coalition internationale de lutte contre Daesh dirigée par les Etats-Unis a publié un communiqué du commandement de l'opération «Inherent Resolve» (CJTF), d'après lequel vers fin février 2017, au moins 229 civils avaient «probablement» été tués depuis août 2014 par la coalition. Au cours de cette période, la coalition a mené 42 089 bombardements en Syrie et en Irak contre les terroristes de Daesh. 

Le CJTF affirme que 43 incidents survenus en Irak et en Syrie font encore l'objet d'enquêtes pour déterminer le nombre des victimes et les responsabilités éventuelles de la coalition. Des dizaines de victimes répertoriées après une série de frappes particulièrement meurtrières de la coalition, notamment le 17 mars, sur la partie ouest de la ville de Mossoul, en Irak, ne sont pas prises en compte dans ce rapport.

Selon le gouverneur de la région de Mossoul, Nawfal Hammadi, «plus de 130 civils» ont été tués au cours des bombardements qui se sont étalés sur plusieurs jours dans le quartier d'al-Jadida, à Mossoul. Ces derniers avaient pour but d'appuyer les forces irakiennes au sol, qui mènent une offensive pour reconquérir la ville depuis novembre 2016.

Lire aussi : Des dizaines de civils tués après une frappe de la coalition à Mossoul, une enquête ouverte

Le général américain Stephen Townsend a reconnu le 28 mars que la coalition avait «probablement joué un rôle» dans la mort de ces civils, tout en prévenant que d'autres facteurs pourraient expliquer l'effondrement du bâtiment dans lequel se trouvaient les civils. 

Le 17 mars, une explosion avait tué au moins 130 personnes dans le quartier d'Al Djadida, dans l'ouest de Mossoul. L'armée irakienne a accusé les djihadistes d'avoir truffé l'immeuble d'explosifs, afin de provoquer un maximum de pertes civiles, mais certains témoins ont affirmé que le bâtiment s’est effondré après une frappe aérienne de la coalition, ensevelissant de nombreuses familles sous les décombres.

Depuis le début de l'offensive de Mossoul, en octobre 2016, la coalition n'a pu éviter de faire des victimes civiles malgré l'utilisation des technologies de combat les plus modernes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»