Frappe «meurtière» de la coalition en Syrie : l'Allemagne met en doute la crédibilité de l'OSDH

Frappe «meurtière» de la coalition en Syrie : l'Allemagne met en doute la crédibilité de l'OSDH© LEON NEAL / AFP
Le fondateur de l'OSDH, Rami Abdel Rahman, en 2013

Controversé mais pourtant utilisé comme l'une des sources principales des médias traditionnels sur la Syrie, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a été épinglé par Berlin et Washington après un bombardement présumé de la coalition.

«L'Observatoire syrien des droits de l'homme [OSDH] n'est pas sur le terrain mais est situé à Londres. Même s'il a effectivement un bon réseau sur le terrain, tout ce qu'il relate ne reflète pas la vérité», a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Sebastian Fischer, le 31 mars. 

«Ceux qui leur donnent des informations spécifiques ont leurs propres intérêts à ce que ces informations soient présentées au public d'une façon particulière», a-t-il également fait remarquer.

Sebastian Fischer a tenus ces propos critiques après que l'OSDH, citant des données fournies par les services de renseignement allemands, a fait état d'une frappe menée «par des avions de chasse qui appartiendraient à la coalition internationale» sur une école du village d'Al-Mansour, près de Raqqa, bastion syrien de Daesh, le 20 mars. Selon l'organisme, le bombardement aurait tué au moins 33 civils.

Une information démentie par Steffen Seibert, chef de l'office de presse du gouvernement allemand, qui a assuré qu'elle n'avait «pas de fondement» et que les autorités allemandes ne disposaient pas de «données précises sur d'éventuelles victimes spécifiques».

De son côté, le Pentagone a indiqué dans un communiqué de presse : «Nous n'avons pas d'indication qu'une frappe aérienne a touché des civils près de Raqqa, comme le prétend l'Observatoire syrien des droits de l'homme.»

Géré depuis le Royaume-Uni par le seul Rami Abdel Rahman, qui se targue de disposer d'un réseau de sources sur le terrain, l'Observatoire syrien des droits de l'homme est l'une des principales sources des agences de presse et des médias occidentaux sur le conflit en Syrie.

Pourtant, la crédibilité de l'organisme est régulièrement mise en doute. L'OSDH est entre autres accusé de relayer des informations invérifiables, issues de sources anonymes, mais également d'entretenir un parti pris anti-Assad. Lors d'un entretien avec RT, Rami Abdel Rahman avait reconnu que son dernier voyage en Syrie remontait à 15 ans.

Lire aussi : Moscou dément les informations sur les frappes aériennes russes dans la province syrienne d’Idlib

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»